JLE

Science et changements planétaires / Sécheresse

MENU

Diversité des exploitations agricoles en région semi-aride algérienne Volume 17, numéro 3, Juillet-Août-Septembre 2006

Auteurs
Département d’agronomie, Université Mohamed Boudiaf M’Sila, BP 166, Ichebilia 28000 M’Sila Algérie, Département des sciences de la nature, Université d’Annaba, BP n o 12, Annaba 28000 Algérie

Pour orienter les actions de développement agricole, il est indispensable de comprendre préalablement la structure des unités de production, les formes d’organisation et les stratégies de production. Notre étude vise à identifier les différents types d’exploitations agricoles et à caractériser leur organisation dans les milieux semi-arides de la région de Sétif, Nord-Est algérien. Pour l’identification de cette diversité nous avons procédé par entretien direct. Notre échantillon a concerné 120 unités de production dans 21 communes céréalières de la région et porte sur la diversité des systèmes de production. Cette diversité est fonction, d’une part, des caractéristiques agroécologiques, et notamment l’étage climatique et la disponibilité des ressources hydriques pour l’irrigation et, d’autre part, de critères relatifs à la structure des unités de production (superficies cultivées, statut des terres, matériel agricole) et au choix des spéculations. Ainsi, les stratégies d’organisation des exploitations cherchent à assurer la survie de l’exploitation par la diversification des spéculations dans les petites exploitations en étage semi-aride inférieur et central, ou bien par la simplification du système de production dans l’étage semi-aride supérieur en se basant sur l’assolement jachère travaillée-céréales. L’irrigation, en tant que facteur de diversification et d’intensification, peut avoir un effet positif sur la sécurité du système de production par son effet sur la rotation des cultures. Le maintien et le développement des unités agricoles dans ces milieux dépendent de la capacité des agriculteurs à développer des systèmes de production appropriés aux facteurs du milieu, en fonction du niveau de structuration et aux conditions économiques de l’unité de production.