John Libbey Eurotext

Science et changements planétaires / Sécheresse

MENU

Cartographie de l’évapotranspiration réelle journalière dans les conditions semi-arides en Algérie à partir des données satellitaires Aster Volume 19, numéro 4, octobre-novembre-décembre 2008

Auteurs
Laboratoire de recherche sur les systèmes biologiques et la géomatique Centre universitaire de Mascara BP 763 29000 Mascara Algérie, Laboratoire d’écologie de gestion des écosystèmes naturels Université de Tlemcen BP 119 13000 Tlemcen Algérie
  • Mots-clés : Algérie, bilan d’énergie, évapotranspiration, télédétection
  • DOI : 10.1684/sec.2008.0152
  • Page(s) : 293-300
  • Année de parution : 2008

Cette étude a pour objectif le développement d’une méthodologie appropriée pour le suivi d’un couvert végétal, pour l’estimation de son évapotranspiration réelle journalière et pour le diagnostic de son état hydrique à travers la résolution de l’équation du bilan d’énergie à la surface par le biais du modèle SEBAL (surface energy balance algorithm for land). L’algorithme de résolution de l’équation du bilan énergétique fait intervenir, en entrée, l’indice de végétation NDVI, la température de surface et l’albédo. Le jeu de données est constitué de 14 bandes du satellite ASTER et des mesures agrométéorologiques de terrain. Pour extraire le flux de chaleur latente, nous avons évalué par ordre hiérarchique les termes du bilan d’énergie : à savoir le rayonnement net, le flux conductif et le flux de chaleur sensible. Pour l’estimation de ce dernier, nous avons opté pour une méthode basée sur l’utilisation des profils dans la couche de surface, avec le couplage qui s’opère dans le flux à la base de la couche limite convective. Il est alors possible de calculer le flux de chaleur sensible et d’estimer l’évapotranspiration réelle à partir de la résolution de l’équation du bilan d’énergie. Différents indices d’humidité, dérivés de l’évapotranspiration, ont été calculés : la fraction évaporative, le paramètre de Priestley et Taylor et la résistance de surface à l’évaporation. Ces indices calculés autorisent le diagnostic quantitatif de l’état hydrique du pixel. Par l’intermédiaire de la fraction évaporative, considérée constante à l’échelle de la journée, nous avons estimé l’évapotranspiration réelle journalière. Le site pilote choisi est une zone dans la plaine de Ksar Chellala (Algérie).