Accueil > Revues > Sante publique > Cahiers d'études et de recherches francophones / Santé > Texte intégral de l'article
 
      Recherche avancée    Panier    English version 
 
Nouveautés
Catalogue/Recherche
Collections
Toutes les revues
Médecine
Biologie et recherche
Santé publique
Cahiers d'études et de recherches francophones / Santé
- Numéro en cours
- Archives
- S'abonner
- Commander un       numéro
- Plus d'infos
Agronomie et Biotech.
Mon compte
Mot de passe oublié ?
Activer mon compte
S'abonner
Licences IP
- Mode d'emploi
- Demande de devis
- Contrat de licence
Commander un numéro
Articles à la carte
Newsletters
Publier chez JLE
Revues
Ouvrages
Espace annonceurs
Droits étrangers
Diffuseurs



 

Texte intégral de l'article
 
  Version imprimable
  Version PDF

Faible poids de naissance au Maniema (République démocratique du Congo)


Cahiers d'études et de recherches francophones / Santé . Volume 16, Numéro 2, 103-7, Avril-Mai-Juin 2006, Étude originale

DOI : 10.1684/san.2006.0013

Résumé   Summary  

Auteur(s) : Patrick Milabyo Kyamusugulwa , Département des Œuvres médicales de la 7 e Communauté des Églises de grâce au Congo (7 e CEGC), BP 267, Cyangugu-Rwanda.

Résumé : Pour savoir si après ces huit dernières années de troubles à l’est de la République démocratique du Congo (RDC), la proportion de faibles poids à la naissance (enfants prétermes compris), c’est-à-dire les enfants naissant à moins de 2 500 g serait différente de celle des pays en développement (un tiers des naissances) et déterminer ainsi si la proportion de faibles poids à la naissance est plus élevée à Kipaka dans la zone de santé rurale (ZSR) de Kunda qu’à Kama dans la ZSR de Kampene, dans la même province sanitaire du Maniema, nous avons entrepris une étude prospective qui a concerné 938 naissances, dont 450 à la maternité de Kama et 488 à la maternité de Kipaka, sur une période de 12 mois (du 1 er novembre 2003 au 31 octobre 2004). Tous les nouveau-nés ont été pesés à la balance pèse-bébé standard dans les 30 premières minutes de la naissance dans les deux maternités. Pour garantir l’unicité de gestes, la pesée a été effectuée par les mêmes accoucheuses et dans la même salle d’accouchement. Tous les enfants dont le poids était inférieur à 2 500 g (prématurés inclus) ont été considérés comme enfants de faible poids de naissance. Les résultats obtenus ont démontré que quelles que soient les conditions socio-économiques difficiles en RDC, la proportion de faible poids à la naissance (enfants prétermes compris), n’est pas globalement différente de celle des pays en développement. Cependant la proportion de faibles poids à la naissance est plus élevée à Kipaka (27,0 %) qu’à Kama (16,4 %) avec une différence statistiquement hautement significative (χ 2= 16,79 ; p < 0,001). L’étude confirme l’influence de l’âge de la mère sur le faible poids à la naissance, aussi bien à Kama (RR = 2,2 ; IC à 95 % : 1,3-3,7) qu’à Kipaka (RR = 1,5 ; IC à 95 % : 1,1-2,1) et suggère la nécessité de développer des ressources pour prévenir l’accouchement à faible poids de naissance et améliorer les soins pour les enfants de faible poids (enfants prétermes inclus).

Mots-clés : insuffisance pondérale, périnatalité, prématurité, Congo

ARTICLE

Auteur(s) : Patrick Milabyo KyamusugulwaPatrick Milabyo Kyamusugulwa

Département des Œuvres médicales de la 7e Communauté des Églises de grâce au Congo (7e CEGC), BP 267, Cyangugu-Rwanda

Le faible poids à la naissance est un nouveau-né dont le poids à la naissance est inférieur à 2 500 grammes, indépendamment de l’âge gestationnel ; l’enfant préterme ou « le prématurité » est une naissance avant 37 semaines de gestation, alors que l’hypotrophie est toute naissance avec un poids (et/ou une taille et/ou un périmètre crânien) significativement inférieur(s) à la normale pour l’âge gestationnel (AG), quel que soit cet AG [1, 2]. Dans les pays en développement, selon Huffman [2], il est reconnu qu’un tiers des enfants naissent avec un poids inférieur à 2 500 grammes [3].Dans les pays à conditions socio-économiques instables comme en République démocratique du Congo, plus particulièrement à l’est du pays, caractérisé par des mouvements de la population ces huit dernières années, la proportion de faibles poids à la naissance (enfants prétermes compris), c’est-à-dire les enfants naissant avec un poids de moins de 2 500 g serait différente de celle des pays en développement, si l’on se réfère à des études scientifiques telles que celle menée par Gadow et publiée en 1991 qui a incriminé les facteurs socio-économiques comme premiers responsables de faible poids à la naissance [4]. À notre connaissance, aucune étude sur ce sujet n’a été faite durant cette période et dans cette partie du pays. Aussi, nous posons la question de savoir si la proportion du faible poids à la naissance est plus élevée à Kipaka dans la zone de santé rurale (ZSR) de Kunda (nouvelle ZSR créée dans l’ancienne ZSR de Kasongo) qu’à Kama dans la ZSR de Kampene où les activités commerciales sont plus intenses par rapport au milieu précédent, mais dans la même province sanitaire du Maniema.

Matériel et méthode

Maternités

La maternité du Centre de santé de référence (CSR) de Kama a une capacité de 10 lits. Ce CSR est situé dans la province sanitaire du Maniema en République démocratique du Congo (RDC), dans la ZSR de Kampene, à plus de 150 kilomètres de Kindu, chef-lieu de la province du Maniema, et à plus de 60 kilomètres de l’hôpital général de référence (HGR) de Kampene, la route étant difficilement praticable pour la population, encore moins pour les parturientes. Pour sa part, la maternité de l’hôpital général de référence (HGR) de Kipaka a une capacité de 20 lits. Elle est distante de celle de Kama de plus de 100 kilomètres, et de plus de 150 kilomètres de Kindu, chef-lieu de la province du Maniema. Cet hôpital sert de référence pour la nouvelle ZSR de Kunda, issue du découpage de 2003 de l’ancienne ZSR de Kasongo. Ces deux institutions sanitaires sont sous la gestion du Département des Œuvres médicales de la 7e Communauté des Églises de grâce au Congo (7e CEGC).

Méthodologie de l’étude

L’étude prospective et comparative effectuée sur une période de 12 mois (du 1er novembre 2003 au 31 octobre 2004), a concerné un total de 938 naissances de sexe masculin à majorité (50,7 % à Kama et 56,6 % à Kipaka), dont 450 de la maternité de Kama et 488 de la maternité de Kipaka. Tous les nouveau-nés ont été pesés à la balance pèse-bébé standard dans les 30 premières minutes de la naissance dans les deux maternités. Pour garantir l’unicité de gestes, la pesée a été faite par les mêmes accoucheuses et dans la même salle d’accouchement. Tous les enfants dont le poids était en dessous de 2 500 g (prématurés compris) ont été considérés comme enfants de faible poids. La plupart des mères n’ayant pas donné exactement leur date de dernières règles et faute de pouvoir utiliser un bon prédicteur de l’âge gestationnel pour différencier les enfants nés à terme des enfants prétermes comme la méthode de Dubowitz [5], il n’a pas été possible de distinguer les enfants nés avant terme des enfants hypotrophiques. Ainsi, la pesée a recherché les enfants dont le poids est inférieur à 2 500 g et les enfants de poids de naissance normal, c’est-à-dire de 2 500 à 4 400 grammes.

Les données des deux groupes ont été recueillies et analysées à l’aide du logiciel Epi Info 2002 et la comparaison de la proportion des faibles poids à la naissance a été faite au χ². La proportion des faibles poids à la naissance (enfants prématurés compris) a été considérée comme différente de celle généralement trouvée dans les pays en développement lorsqu’elle était statistiquement différente de 33,0 %, soit un tiers de toutes les naissances [3] alors que la proportion des faibles poids à la naissance a été considérée comme plus élevée à Kipaka qu’à Kama lorsque la différence a été statistiquement significative. Pour évaluer le lien qui existe entre le faible poids à la naissance (prématurés compris) et certains facteurs sociodémographiques - dont l’âge de la mère, le mode d’accouchement, la distance, la profession et la religion - nous avons chaque fois utilisé le test statistique χ2 et le risque relatif (RR), en considérant son intervalle de confiance pour évaluer le degré d’association.

Les mères des enfants sont à majorité d’âge adulte, chrétiennes, ont connu l’accouchement eutocique pour la majorité, habitent pour la plupart à moins de 5 kilomètres de la maternité, et vivent de l’agriculture, comme le montre le tableau 1( Tableau 1 ).
Tableau 1 Caractéristiques sociodémographiques des mères, en pourcentage.Table 1. Socio-demographic characteristics of women, in percentage.

Kama

Kipaka

n = 450

n = 488

Âge de la mère (années)

14-17

8,0 (36)

14,8 (72)

18-50

92,0 (414)

85,2 (416)

Distance (kilomètres)

0-5

60,9 (274)

55,7 (272)

> 5

39,1 (176)

44,3 (216)

Mode d’accouchement

Dystocique

43,1 (194)

14,8 (72)

Eutocique

56,9 (256)

85,2 (416)

Profession

Vivant de l’agriculture

95,1 (428)

89,3 (436)

Ne vivant pas de l’agriculture

4,9 (22)

10,7 (52)

Religion

Chrétiens

62,7 (282)

82,0 (400)

Non-chrétiens

37,3 (168)

18,0 (88)

Résultats

Faible poids à la naissance dans les deux maternités

La proportion des faibles poids à la naissance (enfants prétermes compris) est globalement en dessous des 33 % généralement rencontrés dans d’autres pays en développement, soit respectivement de 16,4 % à Kama et de 27,0 % à Kipaka. En comparant ces deux taux, on constate que la différence est statistiquement hautement significative (p < 0,001), ce qui confirme une différence entre le taux trouvé par notre étude, particulièrement à Kama par rapport à celui de Kipaka et celui d’autres pays en développement. La proportion des faibles poids à la naissance est donc plus élevée à Kipaka dans la zone de santé rurale (ZSR) de Kunda qu’à Kama dans la ZSR de Kampene dans la même province sanitaire du Maniema, comme le montre le tableau 2( Tableau 2 ).
Tableau 2 Faibles poids à la naissance (prématurités comprises) à Kama et à Kipaka (%).Table 2. Low birth weights (including preterm births) at Kama and at Kipaka.

Kama

Kipaka

p

n = 450

n = 488

Poids

χ2 = 16,79

Moins de 2 500 g

18,4 (74)

27,0 (132)

p < 0,001

Facteurs sociodémographiques et faible poids à la naissance

En associant le poids de naissance à certains facteurs sociodémographiques de la mère, on constate que l’âge de la mère influence le faible poids à la naissance, c’est-à-dire que plus la mère est jeune (moins de 18 ans), plus elle court le risque de donner une naissance de faible poids. Cela se remarque aussi bien à Kama qu’à Kipaka (respectivement à Kama p < 0,01 et RR = 2,2 ; IC à 95 % : 1,3-3,7 ; et à Kipaka p < 0,05 et RR = 1,5 ; IC à 95 % : 1,1-2,1). Les autres facteurs étudiés n’ont pas d’influence sur le faible poids à la naissance, comme le montrent les tableaux 3, 4( Tableau 3 )( Tableau 4 ).
Tableau 3 Faibles poids à la naissance (prématurités comprises) à Kama et à Kipaka, selon les caractéristiques sociodémographiques de la mère.Table 3. Low birth weights (including preterm births) at Kama and at Kipaka in relation with the mother’s socio-demographic characteristics.

Kama (n = 450)

Kipaka (n = 488)

Facteurs sociodémographiques

FPN

PNN

p value

FPN

PNN

p value

Âge de la mère (ans)

n (%)

n (%)

n (%)

n (%)

14-17

12 (16,2)

24 (6,4)

> 0,01

28 (21,2)

44 (12,4)

> 0,05

>= 18

62 (83,8)

352 (93,6)

104 (78,8)

312 (87,6)

Distance (kilomètres)

0-5

42 (56,8)

232 (61,7)

> 0,5

80 (60,6)

272 (55,7)

> 0,5

>= 6

32 (83,8)

144 (38,3)

52 (39,4)

216 (44,6)

Mode d’accouchement

dystocique

36 (48,6)

158 (42,0)

> 0,5

16 (12,1)

56 (15,7)

> 0,5

eutocique

38 (51,4)

218 (58,0)

116 (87,9)

300 (84,3)

Profession

Agriculteurs

72 (97,3)

356 (94,7)

> 0,5

124 (93,9)

436 (89,3)

> 0,5

Non agriculteurs

2 (2,7)

20 (5,3)

8 (6,1)

52 (10,7)

Religion

Chrétiens

52 (70,3)

230 (61,2)

> 0,5

112 (84,8)

288 (80,9)

> 0,5

Non-chrétiens

22 (29,7)

146 (38,8)

20 (15,2)

68 (19,1)


Tableau 4 Faibles poids à la naissance (prématurités comprises) à Kama et à Kipaka, selon les caractéristiques sociodémographiques de la mère.Table 4. Low birth weights (including preterm births) at Kama and at Kipaka in relation with the mother’s sociodemographic characteristics.

Faible poids à la naissance

Facteurs sociodemographiques

Kama n = 74

Kipaka n = 132

RR (95% IC)

RR (95% IC)

Âge de la mère (ans)

14-17/>= 18

2,2 (1,3-3,7)**

1,5 (1,1-2,1)*

Distance (kilomètres)

0-5 >= 6

0,8 (0,5-1,2)

1,2 (0,9-1,6)

Mode d’accouchement

dystocique/eutocique

1,2 (0,8-1,8)

0,7 (0,5-1,2)

Profession

Agriculteurs/non-agriculteurs

1,8 (0,4-7,0)

1,8 (0,9-3,5)

Religion

Chrétiens/non-chrétiens

1,4 (0,8-2,2)

1,2 (0,8-1,8)

Discussion

Le fait que la proportion de faibles poids à la naissance (enfants prétermes compris) soit globalement en dessous des 33 % généralement rencontrés dans d’autres pays en développement, plus particulièrement à Kama qu’à Kipaka, pourrait s’expliquer par l’intensité des activités commerciales plus importantes à Kama, entraînant un contact permanent avec les milieux urbains et favorisant ainsi la disponibilité alimentaire au niveau des ménages, ce qui n’est pas le cas à Kipaka. Par comparaison avec les résultats de notre étude, on constate qu’il n’y a pas de différence avec l’étude menée au Zimbabwe, sous la direction de Feresu et publiée en 2004 et montrant que le faible poids à la naissance (poids < à 2 500 g) à l’hôpital d’Harare a été de 19,9 %, alors que le taux des naissances avant terme a été de 16,8 % [6]. En revanche, notre étude montre que le taux trouvé à Kipaka n’est pas différent de celui rencontré généralement dans les pays en développement, mais qu’il est inférieur à celui trouvé en Afrique du Sud en 2004 et selon lequel le taux des enfants en dessous du poids normal à la naissance a été de 48,9 % [7]. Cette situation pourrait s’expliquer par le fait que les conditions socio-économiques et les maladies rencontrées dans ce milieu ne s’éloignent pas tellement de celles généralement trouvées dans d’autres pays en développement, les infections et la malaria en Afrique subsaharienne notamment [8] . Même dans les pays développés comme au Canada et aux États-Unis, des facteurs comme les triplets et les naissances multiples ont été incriminés pour expliquer le faible poids à la naissance [9-11]. Si dans certains pays industrialisés et non industrialisés, il est possible de prédire un accouchement à faible poids de naissance par rapport à l’âge gestationnel et de prendre des mesures de protection de l’enfant préterme, cela n’est pas le cas dans le milieu rural congolais, plus particulièrement dans les deux maternités de notre étude au Maniema [1, 5]. Par ailleurs, notre étude montre que l’âge de la mère est un facteur qui influence le faible poids à la naissance, particulièrement chez une jeune mère de 14 à 17 ans et cela dans les deux maternités. D’autres facteurs tels que la profession d’agriculteur n’ont pas eu d’incidence sur le risque de faible poids à la naissance quand on sait que les durs travaux auxquels les femmes enceintes sont exposées pour subvenir aux besoins de la famille ont été incriminés par l’étude de Manshande en 1987 [3]. Par ailleurs, nos résultats ne corroborent pas non plus ceux de l’étude menée sous la direction de Mugisho au Kivu et publiée en 2003, qui a montré que le risque du faible poids à la naissance a été faible pour les femmes qui ont suivi une consultation prénatale [12].

Conclusion

Quelles que soient les conditions socio-économiques difficiles en RDC, notre étude montre que la proportion des faibles poids à la naissance (enfants prétermes compris), n’est pas globalement différente de celle des pays en développement. Cependant, la proportion de faibles poids à la naissance est plus élevée à Kipaka qu’à Kama. L’étude confirme l’influence de l’âge de la mère sur le faible poids à la naissance. Enfin comme l’a montré Sanders dans son étude publiée en 1996, notre étude suggère qu’il est nécessaire de développer des ressources de nature à prévenir l’accouchement à faible poids de naissance et à améliorer les soins pour les enfants de faible poids (enfants prétermes inclus) [13].

Remerciements

Cette étude a été menée pour et avec le financement du Département médical de la communauté des Églises de grâce au Congo (RDC), en collaboration avec l’Institut supérieur des techniques médicales de Bukavu. Nous tenons à remercier les responsables du centre de santé de référence de Kama et de l’hôpital général de référence de Kipaka pour leur collaboration, à savoir M. Kilomo, le Dr Manara et M. Vinton en particulier.

Références

1 Surkan PJ, Stephansson O, Dickman PW, Cnattingius S. Previous preterm and small-for-gestational-age births and the subsequent risk of stillbirth. N Engl J Med 2004 ; 350 : 777-85.

2 Huffman S. Women, work and pregnancy outcome. Mothers Child 1988 ; 7 : 1-3.

3 Manshande JP, Eeckels R, Manshande-Desmet V, Vlietinck R. Rest versus heavy work during the last weeks of pregnancy : influence on fetal growth. Br J Obstet Gynaecol 1987 ; 94 : 1059-67.

4 Gadow EC, Castilla EE, Lopez Camelo J, Queenan JT. Stillbirth rate and associated risk factors among 869 750 Latin American hospital births 1982-1986. Int J Gynaecol Obstet 1991 ; 35 : 209-14.

5 Feresu SA, Harlow SD, Gillespie BW, Welch K, Johnson TR. Birthweight-adjusted Dubowitz methods : reducing misclassification of assessments of gestational age in a Zimbabwean population. Cent Afr J Med 2003 ; 49 : 47-53.

6 Feresu SA, Harlow SD, Welch K, Gillespie BW. Incidence of and socio-demographic risk factors for stillbirth, preterm birth and low birthweight among Zimbabwean women. Paediatr Perinat Epidemiol 2004 ; 18 : 154-63.

7 Mamabolo RL, Alberts M, Mbenyane GX, et al. Feeding practices and growth of infants from birth to 12 months in the central region of the Limpopo Province of South Africa. Nutrition 2004 ; 20 : 327-33.

8 Onyenekwe CC, Arinola OG, Meludu SC, Salimonu LS, Obisesan AK, Adewale IF. Malaria specific-IgG, inter-pregnancy intervals, birth weights and body mass index in cases of asymptomatic malaria parasitaemia. J Vector Borne Dis 2004 ; 41 : 1-4.

9 Joseph KS, Marcoux S, Ohlsson A, et al. Fetal and Infant Health Study Group of the Canadian Perinatal Surveillance System. Preterm birth, stillbirth and infant mortality among triplet births in Canada, 1985-96. Paediatr Perinat Epidemiol 2002 ; 16 : 141-8.

10 Branum AM, Schoendorf KC. Changing patterns of low birthweight and preterm birth in the United States, 1981-98. Paediatr Perinat Epidemiol 2002 ; 16 : 8-15.

11 Bakewell JM, Stockbauer JW, Schramm WF. Factors associated with repetition of low birthweight : Missouri longitudinal study. Paediatr Perinat Epidemiol 1997 ; 11(S1) : 119-29.

12 Mugisho E, Dramaix M, Porignon D, Mahangaiko E, Heannart P, Buekens P. Referral and delivery outcomes at Kivu, Democratic Republic of Congo. Rev Epidemiol Sante Publique 2003 ; 51 : 237-44.

13 Sanders JA, Fawcus SR, Sanders DM, Foster G, Chinhara B. Low birth weight in urban Harare. Cent Afr J Med 1996 ; 42 : 323-6.


 

Qui sommes-nous ? - Contactez-nous - Conditions d'utilisation - Paiement sécurisé
Actualités - Les congrès
Copyright © 2007 John Libbey Eurotext - Tous droits réservés
[ Informations légales - Powered by Dolomède ]