John Libbey Eurotext

Cahiers d'études et de recherches francophones / Santé

Usage des antipaludiques en automédication pour le traitement de la fièvre chez les enfants au Gabon Volume 21, numéro 3, Juil-Août-Sept

Auteurs
Université des Sciences de la Santé Faculté de Médecine Département de Parasitologie-Mycologie BP 4009, Libreville Gabon
  • Mots-clés : antipaludiques, automédication, enfants, Gabon, paludisme
  • DOI : 10.1684/san.2011.0267
  • Page(s) : 127-31
  • Année de parution : 2012

La lutte contre le paludisme a été entravée par le développement de la résistance de Plasmodium falciparum aux antipaludiques. L’un des axes des nouvelles stratégies de lutte recommandées par l’OMS est l’utilisation rationnelle et appropriée des combinaisons thérapeutiques à base de dérivés d’artémisinine (CTA) pour le traitement du paludisme simple, afin de retarder l’apparition de nouvelles souches de parasites résistants. L’automédication qui favorise le développement de la résistance aux antipaludiques doit être contrôlée au sein des populations vivant en zone d’endémie. L’objectif de la présente étude était d’estimer la fréquence d’utilisation des antipaludiques en automédication dans une population d’enfants fébriles et d’en connaître la nature. Les données ont été recueillies au cours de deux études évaluant la prévalence du paludisme et les performances diagnostiques des TDRs chez des enfants fébriles vus en zone rurale au centre hospitalier d’Oyem (CHRO), urbaine au centre hospitalier de Libreville (CHL) et semi-urbaine au centre communautaire d’Owendo (CSCO) entre 2008-2009. La notion d’automédication a été retrouvée chez 21,4 % des 2 543 enfants inclus au cours des études. Elle était plus fréquente au CHRO (29 %) où la prévalence des cas de paludisme était la plus importante (39 %). Parmi ces 548 enfants, 421 (soit près de 80 %) n’étaient pas infectés. Les molécules les plus utilisées étaient les CTA (43,8 %) et la quinine (12 %). Au Gabon, comme dans de nombreux pays au Sud du Sahara, l’automédication avec des antipaludiques est fréquente et constitue un frein à la lutte contre le paludisme. Leur utilisation rationnelle par les populations passe par une forte sensibilisation de ces dernières sur les risques de l’automédication.