JLE

Cahiers d'études et de recherches francophones / Santé

MENU

Traumatologie oculo-orbitaire infantile à l’hôpital Laquintinie de Douala (Cameroun Volume 10, numéro 3, Mai - Juin 2000

Auteurs
Département d’ophtalmologie, ORL-stomatologie, Faculté de médecine et des sciences biomédicales, Université de Yaoundé-I, Cameroun.
  • Page(s) : 173-6
  • Année de parution : 2000

L’ophtalmopédiatrie est un secteur encore inexploré dans notre contrée. Cependant, des efforts sont réalisés afin de recueillir des données indispensables à l’élaboration des stratégies de lutte contre la cécité. C’est dans cette optique que les auteurs rapportent leur expérience des traumatismes oculo-orbitaires dans un grand hôpital public du Cameroun. Il s’agit d’une étude rétrospective couvrant la période de juin 1993 à mai 1998. Les dossiers personnels des enfants âgés de 0 à 15 ans ayant consulté pour un traumatisme oculaire ont été répertoriés. Cent quarante-quatre dossiers ont ainsi été colligés ; la fréquence du traumatisme oculo-orbitaire était de 7,8 % et cette pathologie arrivait en troisième position après les troubles de la réfraction et les infections kérato-conjonctivales au sein de cette population. L’âge moyen des enfants était de 7 ans et 3 mois et on notait une prépondérance masculine (64 %). Le traumatisme était du type contusif dans 83,3 % des cas. La principale cause du traumatisme se révélait être le jeu (40,2 %), suivie des corrections physiques infligées par les parents ou les éducateurs (23,7 %). Les lésions oculaires étaient celles décrites dans la littérature. Les complications infectieuses étaient rares (1 cas), très probablement en rapport avec des délais de consultation courts. Le pronostic fonctionnel de ces yeux était sévère puisque 24,3 % avaient une vision finale inférieure à 1/10e. Au terme de cette étude, les auteurs préconisent une information des enfants quant aux risques des jeux violents, et une responsabilisation des parents et des éducateurs vis-à-vis des sévices corporels. Par ailleurs, le médecin ophtalmologue qui reçoit l’enfant traumatisé mettra un soin particulier à sa prise en charge rapide afin de minimiser les séquelles fonctionnelles.