JLE

Cahiers d'études et de recherches francophones / Santé

MENU

Soins intensifs en Afrique : expérience des deux premières années d'activité du service de réanimation du centre hospitalier national de Ouagadougou (Burkina Faso) Volume 12, numéro 4, Octobre - Décembre 2002

Auteurs
01, BP 4900, Ouagadougou 01, Burkina Faso.

Les services de soins intensifs sont des structures techniquement lourdes et très coûteuses ; leurs performances dans les pays en développement sont mal connues. Les auteurs rapportent l'expérience du service de réanimation polyvalente (SRP) du centre hospitalier national de Ouagadougou. L'étude est une analyse rétrospective des dossiers médicaux des deux premières années d'activité du service. Tous les patients admis entre le 1er janvier 1997 et le 31 décembre 1998 ont été inclus. Sont analysées les caractéristiques socio-démographiques des patients, la morbidité, la durée de séjour et la mortalité. Il n'a pas été possible de calculer des scores de gravité. Trois cent trente-huit patients, dont 73 % d'hommes, ont été admis dans le service. L'âge moyen a été de 39,05 ± 1,21 ans. Ces patients ont été pour 38 % des fonctionnaires, 23,7 % des agriculteurs et 17,6 % des femmes au foyer. Les diagnostics d'entrée sont répartis en 43,2 % de traumatismes, 35,8 % de suites de chirurgie et 21,0 % de pathologies médicales. La durée de séjour a été en moyenne de 4,69 ± 0,42 jours et le taux d'occupation des lits de 25 %. Le taux de mortalité globale a été de 63,6 %. Ce taux a atteint 79 % pour les pathologies médicales, 70,5 % pour les traumatismes et 48,5 % pour les patients de chirurgie. Le taux de mortalité a été plus élevé en début de séjour, et chez les fonctionnaires de haut grade et les agriculteurs. Le SRP est caractérisé, pour ses deux premières années d'activité, par un taux d'occupation des lits faible et une mortalité élevée, en particulier chez les agriculteurs et en début de séjour. Ces résultats suggèrent une réorganisation mettant l'accent sur la disponibilité et la formation du personnel, et l'amélioration de l'accessibilité économique des services de soins intensifs.