JLE

Cahiers d'études et de recherches francophones / Santé

MENU

Prévalence de l’endémie lépreuse en Afrique centrale : méthodologie d’enquête et résultats (1985-1989) Volume 1, numéro 1, Avril 1991

Auteurs
service d’épidémiologie et de statistiques, service d’épidémiologie et de statistiques, service de la formation et de la documentation, service des Laboratoires, bureau informatique. OCEAC, BP 288, Yaoundé, Cameroun, service lèpre, ministère de la Santé publique. Yaoundé Cameroun, conseiller du directeur des Grandes Endémies. Libreville, Gabon, direction de la Médecine préventive. Brazzaville, Congo, Programme de lutte contre la lèpre. Malabo, Guinée équatoriale, service de dermatologie, hôpital Sain-Luis, Paris, France,
  • Page(s) : 9-14
  • Année de parution : 1991

Les auteurs rapportent les résultats d’enquêtes nationales de prévalence de l’endémie lépreuse réalisés de 1985 à 1989 - à partir d’une méthodologie de sondage en grappes sur échantillons randomisés de population - dans cinq pays d’Afrique centrale : Cameroun, Congo, Gabon, Guinée-Équatoriale et République Centrafricaine. Les taux de prévalence s’établissent entre 6 et 14 ‰. Ces taux, globalement supérieurs à ceux relevés dans les registres de suivi des malades, ainsi que le fort pourcentage de mutilation chez les nouveaux dépistés, témoignent de l’importance de l’effort à accomplir par les programmes nationaux de lutte. Le taux de détection est plus élevé chez les hommes (5,5 ‰) que chez les femmes (4,4 ‰), globalement 20 ‰ des dépistés sont des multibacillaires avec, respectivement, 23 ‰ chez les hommes et 11 ‰ chez les femmes. Un seul facteur de risque a été nettement individualisé : le fait d’avoir des antécédents familiaux de lèpre - ce qui amène à préconiser de renforcer les stratégies de dépistage actif des contacts des malades ainsi que leur surveillance attentive.