JLE

Cahiers d'études et de recherches francophones / Santé

MENU

Pratique du football d’entretien et taux de lipides sanguins athérogènes chez les sujets obèses Volume 10, numéro 6, Novembre - Décembre 2000

Auteurs
Laboratoire en APS et motricité INJEPS, BP 169, Porto-Novo, Bénin.
  • Page(s) : 393-7
  • Année de parution : 2001

La pratique régulière d’un exercice d’aérobie a théoriquement la possibilité d’induire un profil lipidique favorable chez des sujets obèses. Cette modification des lipides permet de lutter contre les risques de l’athérosclérose. L’objectif de la présente étude est de déterminer l’influence de la pratique du football d’entretien, sport intermittent, sur la concentration plasmatique des variables lipidiques chez des sujets obèses. Trente sujets obèses dont 22 pratiquent le football d’entretien à raison de deux heures par semaine pendant quatre mois et 8 sédentaires témoins constituent l’échantillon dont l’âge varie de 25 à 55 ans. Des mesures anthropométriques et des bilans de lipides athérogènes ont été réalisés au début et à la fin de la période expérimentale. Les résultats montrent que tous les sujets souffrent d’une obésité mixte et les valeurs lipidiques indiquent des risques athérogènes variables d’un sujet à l’autre. Cependant, aucune différence statistique n’a été observée entre les valeurs des lipides athérogènes au début et à la fin de l’expérimentation chez les sujets entraînés. Par conséquent, le régime d’activités physiques subi par les sujets ne modifie pas de façon favorable le profil lipidique chez ces sujets obèses. Il est aussi difficile de vouloir imposer à la fois une intensité de travail aux sujets pratiquant un sport collectif comme le football d’entretien. En conclusion, la pratique du football d’entretien à raison de deux heures par semaine n’est pas efficace comme moyen thérapeutique pour lutter contre les risques d’athérosclérose. Cependant, la pratique régulière d’un sport individuel à dominante aérobie ainsi que des conseils diététiques sont en mesure de combattre les risques athérogènes chez les sujets obèses.