JLE

Cahiers d'études et de recherches francophones / Santé

MENU

Portrait épidémiologique du syndrome d’immunodéficience acquise et ses implications au Bénin Volume 6, numéro 6, Novembre-Décembre 1996

Auteurs
Université nationale du Bénin, Faculté des Sciences de la Santé, Unité d’enseignement et de recherche en santé publique, BP 188, Cotonou, Bénin, Université de Montréal, Département de médecine sociale et préventive, CP 6128 succ., centre ville H3C3J7 Montréal, Canada.
  • Page(s) : 371-6
  • Année de parution : 1996

La menace du Sida se poursuit dans les pays africains en pleine crise économique, crise accentuée par la dévaluation de la monnaie d’échange. Au Bénin, les statistiques nationales du ministère de la Santé indiquent une progression inquiétante des séropositifs au VIH avec une évolution croissante des malades atteints de Sida. Au même moment, on observe un déclin de la crainte des jeunes pour cette infection et l’extension des comportements à risque (rapports sexuels peu protégés). Malgré la faible prévalence de l’infection, l’accroissement du nombre de cas de Sida déclarés demeure un sérieux problème social. Cette étude décrit le profil épidémiologique du Sida et met en évidence ses implications socio-économiques et démographiques, afin de contribuer à renforcer le programme de sensibilisation en cours. Ainsi, la chaîne épidémiologique a été dessinée à partir de travaux antérieurs, de données des réseaux sentinelles et de l’entrevue avec les parents de quelques malades. Les données quantitatives sont collectées au niveau des vingt réseaux sentinelles du programme national de lutte contre le Sida. L’analyse de ces données révèle qu’il y a une croissance exponentielle du nombre cumulé des cas déclarés, allant de 1 (1986) à 1.280 (1995), et plus de 20.000 séropositifs au VIH en 1991. Les hommes de 20 à 49 ans sont les plus touchés. L’hétérosexualité (73 %), l’homosexualité (0,8 %) et la transmission verticale mère/enfant (6 %) sont les principaux modes de transmission enregistrés chez les malades porteurs du VTH-1, du VIH-2 ou des deux. L’enquête qualitative révèle une situation sociale dominée par la violence verbale à l’égard des femmes infectées, par l’absentéisme au travail des parents et amis des malades puis par l’impact psychologique sur les enfants des malades. L’évaluation des coûts directs du Sida s’élève à 217.600 dollars américains pour les 1.280 malades. Pour lutter contre la progression de la maladie, le renforcement de la sensibilisation des jeunes à tous les niveaux est suggéré.