John Libbey Eurotext

Cahiers d'études et de recherches francophones / Santé

MENU

Les pratiques de soins de santé de la reproduction sont-elles à risques de transmission du VIH, du VHB et du VHC ? Études de cas au Cambodge Volume 20, numéro 1, janvier-février-mars 2010

Auteur
Institut Pasteur du Cambodge Centre de recherche cultures, santé, sociétés (CReCSS) Université Paul-Cézanne d'Aix-Marseille (UPCAM) 5, rue du Château-de-l'Horloge 13094 Aix-en-Provence cedex 02 France

Au Cambodge, depuis 1994, les activités de santé de la reproduction sont conduites par le National Reproductive Health Programme (NRHP). Néanmoins, actuellement la prévalence contraceptive est de 27 %. Les contraceptifs médicaux sont souvent perçus par de nombreuses femmes comme étant à l'origine de troubles physiques mal supportés. De plus, de nombreuses jeunes femmes redoutent les effets secondaires qui leur ont été rapportés et n'utilisent aucun moyen de contraception moderne. Par ailleurs, depuis 1995, les moyens de contraception sont fournis dans toutes les institutions de soins publiques (préservatifs, contraceptifs oraux et injectables, implant contraceptif, stérilet et contraception d'urgence). Cependant, en dehors des préservatifs distribués gratuitement, en particulier dans le cadre de programmes de prévention du VIH menés par des organisations non gouvernementales (ONGs), l'accès aux méthodes contraceptives est payant. Les cliniques privées, les ONGs locales et internationales, les soignants du secteur privé ainsi que les praticiens formés ou non et exerçant hors du milieu formel de soins fournissent aussi une large part de ces services. Enfin, de nombreuses femmes ont recours à des avortements dont certains particulièrement à risques. Dans ce contexte, notre objectif est d'analyser la construction culturelle et sociale de certaines pratiques de soins de santé de la reproduction et d'envisager dans quelles mesures ces pratiques, telles qu'elles sont mises en œuvre par les soignants des milieux formel et informel de soins, sont à risques de transmission du VIH, du VHB et du VHC. Nous nous intéresserons particulièrement aux pratiques d'injection de Dépo-Provera ®, d’insertion de stérilet, de lavage vaginal et d'avortement chirurgical.