JLE

Cahiers d'études et de recherches francophones / Santé

MENU

Le SIDA en Haïti : connaissances, attitudes, croyances et comportements de la population Volume 1, numéro 1, Avril 1991

Auteurs
Centre d’études sur le SIDA, département de santé communautaire, Hôpital général de Montréal et départements d’épidémiologie et biostatistiques et de médecine familiale, université McGill, Institut haïtien de l’enfance. Centre d’études sur le SIDA, département de santé communautaire, Hôpital général de Montréal, Montréal, Canada H3H 2K3.
  • Page(s) : 59-67
  • Année de parution : 1991

Le SIDA est maintenant un des problèmes majeurs de santé publique en Haïti. Nous proposons de rapporter une étude sur les connaissances, attitudes, croyances et comportements liés au SIDA. L’enquête a pour objectif de définir la distribution et les déterminants socio-culturels des facteurs de risque de transmission du SIDA et de contribuer ainsi à l’orientation des efforts de prévention. Nous avons identifié en premier lieu les modèles de comportement et avons constitué des groupes de rencontres thématiques formés d’individus sexuellement actifs. Nous avons mis en place un questionnaire distribué à 1 300 hommes et à 1 300 femmes âgés de 15-49 ans. Nous avons adopté un plan d’échantillonnage stratifié de ménages, par grappes à trois niveaux. Le recrutement a commencé en décembre 1989 et s’est terminé en février 1990. Les premiers éléments révèlent que 98,5 % de notre échantillon ont déjà entendu parler du SIDA. En revanche, nous avons rencontré de nombreuses idées fausses concernant les modes de transmission. Les principaux résultats de cette étude concernent la multiplicité de partenaires sexuels, l’influence de la vulnérabilité économique des femmes sur leur comportement sexuel, et enfin l’impact des croyances locales : - 19 femmes, comparativement à 280 hommes, ont rapporté avoir eu plus d’un partenaire sexuel au cours du mois précédant l’enquête. Le comportement à risque le plus élevé est retrouvé dans la population dont le niveau d’éducation est le plus élevé ; - 37 % des personnes interrogées imaginent que l’infection puisse être transmise par un sort. Cette croyance est partagée par les hommes et les femmes avec une prédominance chez les hommes. Le SIDA s’ajoute aux autres problèmes de santé en Haïti. La prévention de cette maladie doit donc s’intégrer à la stratégie de soins de santé primaires déjà en place. Il s’agit d’un engagement à long terme qui dépasse largement les campagnes ponctuelles d’éducation ou de formation. La tâche qui reste à accomplir est immense et un effort concerté et national s’avère essentiel.