JLE

Cahiers d'études et de recherches francophones / Santé

MENU

Le paludisme grave d’importation à propos de neuf cas : expérience de l’hôpital militaire Avicenne de Marrakech Volume 16, numéro 4, Octobre-Novembre-Décembre 2006

Auteurs
Service de médecine interne, hôpital militaire Avicenne, Marrakech, Maroc, Département de biologie clinique, hôpital militaire Avicenne, Marrakech, Maroc, Service d’anesthésie et réanimation, hôpital militaire Avicenne, Marrakech, Maroc

Urgence diagnostique et thérapeutique, compte tenu du risque imprévisible d’évolution rapide vers une forme grave, le paludisme d’importation est en augmentation croissante du fait de la multiplication des missions humanitaires et militaires en zone d’endémie palustre. Le but de ce travail est l’étude des aspects démographiques, cliniques, thérapeutiques et évolutifs à propos d’une série de neuf cas colligés aux services de médecine interne et de réanimation de l’hôpital militaire Avicenne de Marrakech, entre janvier 2001 et décembre 2004. Sur 68 cas d’accès palustres répertoriés au cours de cette période, 9 cas ont été jugés graves. Ce sont tous des militaires de sexe masculin, d’âge moyen 33,3 ans, 7 d’entre eux ont séjourné en République démocratique du Congo et 2 en Côte d’Ivoire. La chimioprophylaxie avait consisté en l’association chloroquine–proguanil dans 5 cas et la méfloquine dans les autres 4 cas. La durée de séjour en zone d’endémie avait été en moyenne de 9,3 mois. Le tableau clinique était dominé par les troubles de conscience, justifiant l’admission initiale en réanimation avec une durée moyenne d’hospitalisation de 3,3 jours en réanimation et 5,6 jours en médecine interne. Le frottis sanguin, couplé à la goutte épaisse a retrouvé le Plasmodium falciparum dans tous les cas, associé dans deux cas à un Plasmodium ovale, avec une parasitémie variant entre 5 et 15 %. Le traitement antipaludéen a été à base essentiellement de sels de quinine dans tous les cas. L’évolution a été favorable sans séquelles dans 7 cas, mais 2 décès ont été relevés. Les auteurs soulignent la nécessité absolue d’un diagnostic et d’une prise en charge précoces.