JLE

Cahiers d'études et de recherches francophones / Santé

MENU

La séroprévalence de l’infection par le cytomégalovirus humain chez les donneurs de sang et les malades atteints du sida à Bamako Volume 13, numéro 2, Avril 2003

Auteurs
Laboratoire de biologie médicale, Hôpital du Point « G », BP 333, Bamako, Mali <ibrahimizetiegoumayahoo.fr>. Centre national de transfusion sanguine, Bamako, Mali.

Notre objectif était d’étudier la séroprévalence de l’infection par le CMVH chez les donneurs de sang et les malades infectés par le VIH à Bamako et de chercher un lien entre les manifestations cliniques du sida et le CMVH. La séroprévalence de l’infection par le CMVH a été de 89 % chez les malades atteints du sida, de 71 % chez les donneurs de sang infectés par le VIH et de 58 % chez les donneurs de sang séronégatifs pour le VIH. La séroprévalence de l’infection à CMVH a été plus fréquente chez les malades atteints du sida que chez les donneurs de sang séronégatifs pour le VIH (p = 0,0000007) ainsi que chez les donneurs de sang infectés par le VIH (p = 0,00146). La séroprévalence de l’infection par le CMVH n’a pas été plus fréquente chez les donneurs de sang infectés par le VIH que chez les donneurs de sang séronégatifs pour le VIH (p = 0,0547). La séroprévalence de l’infection par le CMVH n’est pas statistiquement liée au sexe et à l’âge chez les malades atteints du sida comme chez les donneurs de sang. Les pneumopathies ont été plus fréquentes chez les malades atteints du sida séropositifs pour le CMVH (40 %) que chez les malades séronégatifs pour le CMVH (0 %) : la diffférence a été significative (p = 0,005). Les malades séropositifs pour le CMVH n’ont pas présenté plus de candidoses bucco-pharyngées, de dermatoses prurigineuses, de sarcomes de Kaposi et d’atteintes neurologiques que les malades séronégatifs pour le CMVH.