John Libbey Eurotext

Cahiers d'études et de recherches francophones / Santé

MENU

Institutionnalisation d’un continuum de prise en charge des séropositifs VIH/sida à Hanoï (Viêt-Nam) Volume 19, numéro 3, juillet-août-septembre 2009

Auteur
IRD-LPEDUniversité de ProvenceCase 103, place Victor Hugo13331 Marseille cedex 03France

La prise en charge des personnes séropositives comprend une grande diversité de tâches, de la prévention aux soins palliatifs. Elle implique un ensemble cohérent et coordonné d’actions. Nous prenons le cas du premier programme de prise en charge gratuite à visée thérapeutique utilisant des antirétroviraux au Viêt-Nam, action pilote lancée en 2004 à Hanoï pour étudier la façon dont ce dispositif est institutionnalisé. Nous avons réalisé notre étude, en 2003-2004, au sein de l’hôpital Dông-Da de prise en charge des séropositifs de la ville. Ce travail a consisté en la passation de 68 entretiens qualitatifs auprès de patients, de membres de leurs familles et de membres du personnel, l’observation de consultations ambulatoires, l’analyse de dossiers d’hospitalisations, la passation de questionnaires autoadministrés auprès du personnel hospitalier. Les résultats montrent l’importance que revêt, pour les patients, leurs familles et les membres du personnel hospitalier, une prise en charge complète incluant les aspects psychosociaux et la nécessité de mettre en place un ensemble intégré de mesures concernant plusieurs types d’acteurs. L’observation des consultations de jour montre les limites d’une prise en charge biomédicale dont le volet psychosocial a été mis en place plus tardivement, l’une des principales difficultés étant l’absentéisme des patients aux consultations ambulatoires. Les patients et leurs familles se heurtent également à la stigmatisation envers les séropositifs VIH dont fait preuve une partie du personnel hospitalier. La réalisation du continuum de prise en charge nécessite de développer les actions d’information, de conseil et de soutien sociopsychologiques des patients, de leurs familles et du personnel hospitalier. Pour cette institutionnalisation, le Viêt-Nam peut s’inspirer d’une expérience internationale qu’il doit adapter aux contraintes locales. Les lacunes rencontrées témoignent de la difficulté de ce pays à mettre en place un ensemble complexe de mesures sur un rythme accéléré. Elles ne doivent cependant pas masquer les efforts, le dynamisme et l’adaptabilité que supposent les mesures déjà prises de la part des acteurs locaux.