John Libbey Eurotext

Cahiers d'études et de recherches francophones / Santé

Évaluation d’un programme de formation d’infirmiers spécialisés en anesthésie et réanimation au Cambodge Volume 5, numéro 2, Mars-Avril 1995

Résumé : La signature d’un protocole d’accord entre le ministère de la Santé du Cambodge, Médecins sans frontières et les universités de Paris-Nord et de Bordeaux-II a permis de réaliser la formation d’une première promotion de seize infirmiers spécialisés en anesthésie et réanimation de septembre 1991 à juin 1993. Cette formation est caractérisée par une démarche pédagogique tenant compte d’un contexte particulier dont découlent la planification et l’organisation pédagogique, une mise en commun de compétences spécifiques (ONG et universitaires) devant permettre aux étudiants d’atteindre des compétences professionnelles de haute qualité devenues extrêmement rares dans ce pays où pratiquement toutes les catégories du personnel de santé compétentes ont disparu. Une évaluation a été réalisée quelques mois après la remise des premiers diplômes d’État. Sur la base d’un modèle d’évaluation mixte, à la fois quantitative et qualitative, il a été tenté d’apprécier la mise en pratique de ce qui a été enseigné, de vérifier la pertinence de l’enseignement par rapport au contexte et d’apprécier la qualité de l’intégration professionnelle des ISAR en termes de travail effectif, de reconnaissance et de développement professionnel. L’activité des ISAR formés représentait, huit mois après la fin de la formation, environ 24 % de l’activité globale du service dans lequel ils travaillaient. Treize d’entre eux bénéficiaient d’une reconnaissance importante en termes de responsabilités dans l’organisation des services et de latitude dans la pratique de l’anesthésie. Les conditions de travail étaient satisfaisantes : elles leur permettaient d’appliquer correctement les enseignements reçus et de faire face aux nombreux problèmes rencontrés. Toutefois, l’organisation progressive des services d’anesthésie et de réanimation ne leur permettait pas toujours de prendre réellement en charge les patients en période pré- et post-opératoire. L’analyse pédagogique des résultats obtenus a permis de définir des objectifs de réajustement pour l’amélioration du programme de formation. Cependant, la supervision du personnel formé reste, aujourd’hui, un élément essentiel pour le maintien des compétences et de la motivation des ISAR. En 1997, cinquante-quatre personnes (quarante-cinq infirmiers et neuf médecins) devraient être formées en anesthésie et réanimation. Le maintien de cette école dépend de la possibilité de prise en charge par les Cambodgiens. À cet effet, une formation de formateurs concernant deux ISAR diplômés a débuté en novembre 1993.