John Libbey Eurotext

Cahiers d'études et de recherches francophones / Santé

Caractéristiques épidémiologiques, cliniques et sociodémographiques de la trypanosomiase humaine africaine (THA) dans la région de Kinshasa, République démocratique du Congo Volume 19, numéro 2, avril-mai-juin 2009

Illustrations

Ouvrir l'onglet

  • Auteur(s) : K Tshimungu, LN Okenge, JN Mukeba, VBK Kande, P De Mol , Laboratoire de microbiologie médicale Université de Liège CHU Sart-Tilman (B23) 4000 Liège Belgique, Département de santé publique, épidémiologie et biostatistique Faculté de médecine, Université catholiqueNotre Dame du Kasaï Kananga Kasaï-Occidental République démocratique du Congo (RDC), Unité d’enseignement et de recherche en santé publique, épidémiologie et biostatistique Sciences infirmières Institut supérieur des techniques médicales de Kinshasa Kinshasa République démocratique du Congo, Centre neuropsychopathologique de Kinshasa Université de Kinshasa Kinshasa République démocratique du Congo, Programme national de lutte contre la trypanosomiase humaine africaine République démocratique du Congo
  • Mots-clés : caractéristiques, clinique, épidémiologie, étude cas-témoins, Kinshasa, République démocratique du Congo, trypanosomiase humaine africaine, urbanisation
  • Page(s) : 73-80
  • DOI : 10.1684/san.2009.0154
  • Année de parution : 2009

ProblématiqueEn dépit des efforts déployés dans la lutte contre la trypanosomiase humaine africaine (THA), cette infection sévit toujours sous forme endémique ou épidémique dans la plupart des anciens foyers. En République démocratique du Congo (RDC), la THA est sortie des milieux ruraux pour s’étendre aux grandes villes, comme Kinshasa. La présente étude a pour objectif d’analyser les caractéristiques des patients trypanosomés (cas) identifiés à Kinshasa et de les comparer à celles des sujets sains (témoins).Méthodes et population de l’étudeCette étude s’est appuyée sur la réalisation d’une enquête cas-témoins qui a permis de décrire certaines caractéristiques épidémiologiques, cliniques et sociodémographiques des cas. Un total de 1 764 sujets (588 cas et 1 176 témoins) ont répondu à un questionnaire structuré. Les cas sont des patients trypanosomés, enregistrés de janvier 2004 à décembre 2005, au Programme national de lutte contre la THA (PNLTHA-RDC). Le témoin est un sujet de même sexe, de même âge, de même lieu d’habitation que le trypanosomé, et dont la sérologie au Card agglutination trypanosomiasis test (CATT-Test) sur sang total est négative. Chaque cas a été comparé à deux témoins.RésultatsLes 24 communes de Kinshasa ont déclaré des cas, avec une concentration des patients dans les zones périphériques (excentriques, extension sud) et rurales. Cependant, 25 % (144/588) des cas résidaient dans des zones urbanisées. Les personnes professionnellement actives (20-49 ans) étaient les plus atteintes. La THA touche autant les hommes que les femmes, se déplaçant et/ou exerçant les activités champêtres ou domestiques entraînant un rapprochement auprès des cours d’eau. La majorité des patients (73,5 %) sont dépistés à un stade très avancé de leur infection (phase méningoencéphalitique ou neurologique). Le tableau clinique reste dominé par les troubles du sommeil (85 %). Les adénopathies cervicales sont fréquentes (66 %). La fièvre a été notée chez 68 % des patients trypanosomés.ConclusionCes résultats mettent en évidence diverses caractéristiques modifiables/évitables, sur lesquelles on peut agir pour réduire la morbidité et la mortalité attribuées à la THA, et éviter une plus large extension de la maladie.