JLE

Cahiers d'études et de recherches francophones / Santé

MENU

Apport de l’ivermectine dans le contrôle de l’onchocercose Volume 5, numéro 3, Mai-Juin 1995

Auteurs
Orstom, Centre Pasteur du Cameroun, BP 1274, Yaoundé, Cameroun, CERMES, BP 10887, Niamey, Niger
  • Page(s) : 149-58
  • Année de parution : 1995

L’ivermectine a fait la preuve de son efficacité dans le traitement de l’onchocercose, filariose dermique provoquant de nombreux cas de cécité en Afrique au sud du Sahara et dans quelques foyers d’Amérique centrale et du Sud. Depuis plusieurs années, l’ivermectine est utilisée en traitement à grande échelle à la dose de 150 _g/kg une fois par an. À cette dose, la charge microfilarienne est réduite de plus de 90 % et les lésions du segment antérieur de l’œil guérissent ou sont significativement réduites. L’ivermectine prévient l’apparition des lésions rétiniennes provoquant la cécité chez les sujets régulièrement traités. L’effet de l’ivermectine administrée à intervalles plus rapprochés sur les onchocerques adultes est en cours d’évaluation. Enfin, les traitements à grande échelle semblent pouvoir diminuer la transmission du parasite. La mise en place de programmes de distribution à grande échelle pose encore de nombreux problèmes. Le choix des personnes devant être traitées en priorité repose sur des méthodes de diagnostic coûteuses et parfois invasives, ce qui nécessite l’identification de nouvelles techniques. Le choix des stratégies de distribution reste controversé en raison des différences du rapport coût/efficacité et de la faisabilité de chacune. Enfin, les critères d’évaluation de ces programmes ne sont pas parfaitement définis.