John Libbey Eurotext

Psychologie & NeuroPsychiatrie du vieillissement

MENU

Surestimer ses capacités peut-il conduire à la chute ? Une étude sur la perception des affordances posturales chez la personne âgée Volume 6, numéro 4, décembre 2008

Auteurs
Laboratoire de neurosciences fonctionnelles et pathologies, UMR 8160, Service EFV, Hôpital Roger Salengro, Université de Lille, Pavillon de médecine gériatrique, Hôpital Victor Provo, CHR de Roubaix

La chute est un phénomène fréquent chez la personne âgée, souvent responsable de complications médicales et d’une perte d’autonomie. Le concept d’affordance peut aider à identifier la cause de certaines chutes. L’affordance est définie comme une potentialité d’action offerte par l’environnement en fonction, à la fois, des propriétés de cet environnement et des propriétés de l’organisme. La plupart de nos activités quotidiennes reflètent généralement un ajustement parfait entre la perception de ces potentialités d’action et nos capacités d’action réelles : nous percevons correctement les affordances. Chez les personnes âgées, en revanche, les capacités posturales sont fortement diminuées. Certaines chutes pourraient alors provenir d’une mauvaise perception des affordances de posturabilité. Quinze sujets jeunes (m = 24 ans) et quinze sujets âgés, autonomes et non déments (m = 72 ans) ont jugé, en vision et en haptique, de la possibilité de tenir debout sur une surface inclinée. Leur capacité réelle à tenir sur une pente a été également mesurée. Les résultats montrent que les sujets âgés surestimaient trois fois plus leurs capacités posturales que les sujets jeunes. Ces résultats confortent l’hypothèse d’une surestimation des capacités posturales avec l’âge. Cette surestimation pourrait provenir d’une déficience cognitive des sujets âgés à actualiser leurs nouvelles capacités d’action.