John Libbey Eurotext

Psychologie & NeuroPsychiatrie du vieillissement

MENU

Sentiment d’identité et lésions cérébrales focales Volume 7, numéro 1, mars 2009

Auteur
Inserm U731 ; UPMC, Paris 6 ; Médecine physique et réadaptation, Pitié-Salpêtrière, Paris

Le sentiment d’identité correspond à la certitude d’être un individu unique, stable et différent d’autrui. Cette stabilité et cette cohérence sont les attributs d’une image de nous-mêmes que le regard de l’Autre nous a proposé lors du stade du miroir. Les lésions cérébrales focales peuvent mettre en cause la « certitude d’être soi » de deux façons : 1) comme toute déficience, incapacité ou handicap, les conséquences d’une lésion cérébrale sont ordinairement vécues comme une blessure narcissique. Le sujet s’interroge sur l’image qu’il offre au regard de l’Autre et son sentiment d’identité s’en trouve ébranlé ; 2) certaines lésions ou dysfonctionnements focaux cérébraux peuvent perturber l’activité des régions du cerveau qui sont indispensables au maintien d’une image stable du corps et du moi (lobes temporaux, jonction pariéto-occipitale droite en particulier). Les expériences de dépersonnalisation, d’autoscopie, les « délires » somatoparaphréniques, les troubles de l’agentivité en sont des conséquences possibles. Pourtant, si le sentiment d’identité peut être altéré lors des phénomènes paroxystiques ou traumatiques, il ne semble pas l’être dans les séquelles chroniques de lésions focales.