John Libbey Eurotext

Psychologie & NeuroPsychiatrie du vieillissement

MENU

Les démences mixtes Point de vue neuropathologique Volume 3, numéro 4, Décembre 2005

Auteurs
Laboratoire de neuropathologie, Hôpital de la Salpêtrière, Paris, France, Département de réhabilitation et gériatrie, Hôpitaux universitaires de Genève, Suisse, Inserm U 679, Paris
  • Mots-clés : démence mixte, maladie d’Alzheimer, démence vasculaire, neuropathologie
  • Page(s) : 251-9
  • Année de parution : 2005

La maladie d’Alzheimer (MA) et les démences vasculaires sont aujourd’hui les causes les plus fréquentes de démence chez les personnes âgées. Selon plusieurs études prospectives clinicopathologiques récentes, le degré de fiabilité diagnostique de la MA est de 80-90 % si l’on considère seulement ce diagnostic sans prendre en compte les pathologies qui lui sont souvent associées. En revanche, lorsque plusieurs maladies coexistent chez le même patient, le degré de prédiction clinique est faible. Les études neuropathologiques ont montré que les lésions dégénératives de type Alzheimer et les lésions vasculaires sont fréquemment associées, particulièrement chez les personnes âgées. Bien que la MA et la démence vasculaire soient reconnues comme des entités distinctes, il existe peu de données sur leur interaction dans le développement de la démence. La pathologie vasculaire est-elle indépendante de la maladie d’Alzheimer ? Dans quelle mesure les lésions vasculaires et dégénératives contribuent-elles au développement de la démence ? S’agit-il d’une simple addition ou d’une véritable synergie ? La connaissance du rôle respectif des deux types de pathologie est importante pour mettre sur pied les stratégies thérapeutiques, en particulier préventives. Jusqu’ici, les études pharmacologiques ont concerné principalement les maladies pures (de type Alzheimer ou vasculaire) et ont le plus souvent exclu les cas mixtes, pourtant très fréquents. Nous allons traiter successivement des données de la littérature concernant la validation du concept de démence mixte, des corrélations clinicopathologiques, des mécanismes de la démence et de l’importance de la topographie des lésions. Nous soulignerons aussi la nécessité de nouvelles études concernant l’élaboration et la validation de batteries neuropsychologiques et de scores d’évaluation fonctionnelle adaptés, le perfectionnement de la neuro-imagerie et des corrélations clinicopathologiques pour développer une meilleure compréhension des démences mixtes.