JLE

Psychologie & NeuroPsychiatrie du vieillissement

MENU

La fin de vie du dément Volume 2, numéro 3, Septembre 2004

Auteurs
Service de gérontologie et prévention du vieillissement, Nîmes, denise.strubel@chu-nimes.fr

La fin de vie des patients atteints de démence peut survenir à tout stade de la maladie. Elle retentit sur les soins, les soignants et l’entourage familial. Le décès résulte, le plus souvent, de pathologies associées, cardiovasculaires ou infectieuses. Le tableau clinique doit conduire à s’interroger sur la présence de douleurs dont l’expression est modifiée et dont l’évaluation s’appuie sur les échelles comportementales, comme l’échelle Doloplus 2. La prise en charge des patients déments en fin de vie soulève de nombreux problèmes éthiques, propres aux soins palliatifs. Les décisions médicales peuvent être difficiles pour éviter l’acharnement thérapeutique, mais aussi l’abandon thérapeutique. Les soins de nursing et les soins relationnels doivent être parfaits, même quand le malade ne communique plus. L’accompagnement inclut les membres de la famille et devrait pouvoir s’appuyer sur des équipes mobiles en soins palliatifs. L’important est ici de garder le sens du soin.