JLE

Psychologie & NeuroPsychiatrie du vieillissement

MENU

Conscience de Soi, conscience de l’Autre et démences Volume 5, numéro 2, Juin 2007

Auteur
Service de neurologie, La Milétrie, CHU de Poitiers, Université de Poitiers

L’anosognosie des démences et notamment de la maladie d’Alzheimer (MA) et des démences frontotemporales (DFT) n’est qu’un des aspects de la conscience de soi qui est conscience de ses perceptions, de son image du corps, de son identité, de son état affectif, de ses projets, de ses capacités d’introspection. Or, si les démences altèrent la conscience de soi, cette atteinte est hétérogène et ne concerne pas de la même manière toutes les facettes de la conscience de soi. Par ailleurs, la conscience de soi est aussi conscience de l’Autre que les démences peuvent également altérer. Elles le font en perturbant la reconnaissance achevée de l’Autre, ce qui s’exprime par les délires d’identité. Elles le font en altérant la compréhension des émotions portées par la voix et le visage d’Autrui et qui, avec la fonction pragmatique du langage, la théorie de l’esprit, l’empathie, le savoir et les jugements moraux bâtissent la cognition sociale. Comment les diverses formes de démences altèrent-elles la conscience de l’Autre ? Si quelques travaux permettent de proposer quelques réponses à ces questions, il reste à mieux comprendre les liens qui se tissent entre ces altérations de la conscience de soi et de l’Autre et les manifestations comportementales des démences.