John Libbey Eurotext

Psychologie & NeuroPsychiatrie du vieillissement

Approche gériatrique des troubles du sommeil Volume 8, numéro 4, décembre 2010

Auteurs
Centre de gériatrie, CHU Pitié Salpêtrière, AP-HP, UPMC-ParisVI, Paris
  • Mots-clés : insomnie secondaire, benzodiazépines, sujet âgé, syndrome des jambes sans repos, syndrome d'apnées obstructives du sommeil
  • DOI : 10.1684/pnv.2010.0232
  • Page(s) : 235-41
  • Année de parution : 2010

Les plaintes et troubles du sommeil sont fréquents dans la population gériatrique, avec une prévalence de 57 % et des conséquences graves en termes de morbi-mortalité. L'insomnie en gériatrie doit faire rechercher en priorité une cause secondaire (organique, psychiatrique ou médicamenteuse). La prise en charge repose avant tout sur l'approche non médicamenteuse et les mesures hygiéno-diététiques en cas d'insomnie primaire, et le traitement de la cause en cas d'insomnie secondaire. L'utilisation des benzodiazépines et médicaments apparentés doit être limitée dans le temps et le sevrage progressif. Leurs effets secondaires, nombreux et fréquents chez les sujets âgés, doivent rendre leur utilisation prudente, à petites doses et avec des molécules à demi-vie courte. Dans les autres syndromes les plus fréquents dans cette population, on note particulièrement le syndrome d'apnées obstructives du sommeil, le syndrome des jambes sans repos et les mouvements périodiques des membres. Le syndrome des jambes sans repos doit faire rechercher une cause secondaire et le traitement repose en priorité sur des mesures hygiéno-diététiques ; le traitement médicamenteux par agoniste dopaminergique doit être mis en route avec précaution chez les sujets âgés, car il est souvent mal toléré. Les mouvements périodiques des membres sont fréquents mais il n'y a pas de recommandation pour la prise en charge médicamenteuse.