John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

Traitement interceptif DAC : analyse structurale Volume 78, numéro 4, Décembre 2007

Auteurs
1 Département d'Orthopédie Dento-Faciale, Faculté
d'Odontologie, rue Guillaume Paradin, 69372 Lyon Cedex 08, France
2 91 rue Président Edouard Herriot, 69002 Lyon, France
3 Département d'Orthopédie Dento-Faciale, Faculté
d'Odontologie, Université Paris VII, 5 rue Garancière, 75006 Paris, France
* schauty@tiscali.fr

L'objectif de cette étude longitudinale rétrospective est d'évaluer les effets dento-alvéolaires et squelettiques à court et à moyen terme de la thérapeutique interceptive DAC, versus l'absence de traitement sur les patients présentant initialement une classe II, division 1 en denture mixte. Le groupe DAC comprend 30 sujets. Le groupe non traité comprend 32 sujets. Une téléradiographie de profil est effectuée avant (t1) et immédiatement après traitement actif interceptif ($t_{1{'}}$), puis en début de denture adolescente avant le traitement multi-attache (t2). Les valeurs céphalométriques initiales analysées sont issues de l'analyse de Tweed et de l'analyse L.D.V. qui associe les principes des superpositions structurales à un système de coordonnées rectangulaires. Des tests statistiques sont effectués pour comparer chaque groupe de t1 à t2 et pour comparer les groupes entre eux à t1 et à t2. La croissance mandibulaire est double dans le groupe traité DAC par rapport au groupe non traité. Les rotations totales et matricielles sont anti-horaires et équivalentes à celles du groupe non traité. La participation squelettique à la correction du surplomb incisif est de 89 % avec une participation dento-alvéolaire de 11 %. Pendant la phase de surveillance, conformément aux données de la littérature avec d'autres dispositifs, il existe une récidive partielle du surplomb incisif. Ainsi, le traitement interceptif DAC est un dispositif orthopédique permettant la correction de la malocclusion de classe II, division 1 d'origine mandibulaire sans promaxillie essentiellement par effet orthopédique majeur.