John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

Mise en place des mini-vis : avec ou sans avant-trou ? Volume 78, numéro 2, Juin 2007

Auteurs
1 Faculté d'odontologie, Département d'Orthodontie, Montpellier
I, 545 avenue du Pr Jean-Louis Viala, 34193 Montpellier Cedex 5, France
2
INSERM ADR 08 , 99 rue Puech Villa, 34197 Montpellier Cedex 5, France
* lmassif@yahoo.fr
Cet article a obtenu le 1er prix des meilleurs jeunes conférenciers lors des Journées de l’Orthodontie en novembre 2004

L'introduction récente des nouveaux systèmes d'ancrages intra-osseux appelés mini-vis, permettant une mise en charge immédiate, a révolutionné l'approche clinique et biomécanique de l'ancrage en orthodontie. L'insertion trans-gingivale par un tournevis manuel se fait aisément et le plus fréquemment sans avant-trou. L'objectif de cette étude expérimentale est de démontrer que la réalisation d'un avant-trou limite les contraintes intra-osseuses lors du vissage, ceci ayant des conséquences à court terme sur la stabilité primaire des mini-vis et à long terme sur leur maintien. Matériels et méthodes : deux mini-vis auto-forantes et auto-taraudantes Aarhus$^{\circledR}$ Medicon de diamètres 1,6 et 1,3 mm sont vissées avec un tournevis manuel, sans puis avec un avant-trou, dans une lamelle d'os cortical fixée sur un capteur mesurant les forces et le couple. Résultats : la réalisation d'un avant-trou dans l'os cortical diminue significativement la force verticale maximale (FVM) au début du vissage (p < 0,0001) et le couple de vissage maximal (CVM) en fin de vissage (p < 0,0001), ceci quelque soit le diamètre de la vis. Conclusion : le vissage sans avant-trou conduit au délabrement de la couche osseuse superficielle par l'apparition de microfractures limitant les possibilités de blocage des mini-vis.