John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

Les patients scoliotiques ont-ils un besoin de traitement orthodontique augmenté ? Une étude comparative sur 104 cas Volume 89, numéro 4, Décembre 2018

Auteurs
1 Département d’Orthopédie Dento-Faciale, Faculté d’Odontologie, rue Guillaume Paradin, 69372 Lyon cedex 08, France
2 Clinique du Val d’Ouest, 39 Chemin de la Vernique, 69130 Écully, France
3 UMR CNRS 5558 – LBBE, Service de Biostatistique, 162 avenue Lacassagne, 69424 Lyon cedex 03, France
* Auteur pour correspondance : schauty@club-internet.fr

Introduction : Le diagnostic de scoliose, lorsqu’il est établi sur un patient en cours de traitement orthodontique, peut inciter à imputer l’apparition de la scoliose au traitement orthodontique ou, au moins, à établir un lien entre scoliose et orthopédie dento-faciale : les patients scoliotiques ont-ils un besoin de traitement orthodontique augmenté ? L’importance du besoin de traitement orthodontique est-elle corrélée à la gravité de la scoliose ? Matériel et méthode : Les auteurs ont mené une étude épidémiologique multicentrique comparative entre un groupe de patients atteints de scolioses idiopathiques de l’adolescent diagnostiqués en aveugle (par l’angle de Cobb) et un groupe contrôle issu de la population générale. Le critère de jugement était l’Index Of Orthodontic Treatment Need (IOTN). Le calcul du nombre de sujets a été effectué a priori. Un seuil de significativité de 5 % a été retenu pour l’analyse statistique. Résultats : Dans cette étude, 104 patients ont été inclus : 36 patients (10 garçons, 26 filles) âgés en moyenne de 12,1 ans (+/– 2,3 ans) dans le groupe scoliose (angle de Cobb moyen = 21°) contre 69 patients (20 garçons, 49 filles) de 12 ans en moyenne (+/– 2,7 ans) dans le groupe témoin. Les patients atteints de scoliose ont un besoin de traitement orthodontique significativement supérieur à la population générale. La sévérité de la scoliose ne semble pas corrélée à l’augmentation du besoin de traitement orthodontique. Discussion : Cette étude justifie l’identification de malocclusions chez les patients scoliotiques et remet en question les préjugés selon lesquelles le traitement orthodontique serait pourvoyeur de scoliose.