John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

Les erreurs de mesure en céphalométrie 3D : à propos de l’analyse cranio-faciale vestibulaire Volume 83, numéro 1, 84e réunion scientifique de la S.F.O.D.F. Orthodontie 3D : repoussez les limites

Auteurs
* Auteur pour correspondance : foucart@univ-paris-diderot.fr

Le développement des techniques d’imagerie tridimensionnelle générant une faible irradiation (tomodensitométrie et tomographie volumique à faisceau conique ou cone beam) rend désormais possible la réalisation d’une céphalométrie 3D pour certains cas cliniques complexes en substitution de la céphalométrie 2D conventionnelle. Néanmoins, le développement de telles analyses implique l’identification des points anatomiques les plus fiables. Un groupe de 15 orthodontistes a été aléatoirement sélectionné ; tous ont identifié 33 points sur un examen volumique tomodensitométrique, les points ayant été choisis à partir de l’analyse cranio-faciale vestibulaire, historiquement connue pour sa reproductibilité. Les résultats confirment la grande fiabilité des points de référence liés aux canaux semi-circulaires (vestibion). Ils montrent, comme en céphalométrie 2D conventionnelle, que chaque point présente un nuage de dispersion caractéristique et que les points les plus fiables sont liés à des structures anatomiques facilement identifiables (foramen, pointes osseuses…).