John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

La méthode structurale de Arne Björk et Vibeke Skieller Volume 77, numéro 3, Septembre 2006

Auteur

Traditionnellement, les orthodontistes évaluent les modifications apportées par la croissance générale de la face en superposant "au mieux" (best fit) les téléradiographies de début et de fin de traitement sur des points anatomiques aisément repérables de la base du crâne.

Nombre d'auteurs ont montré que cette méthode d'évaluation du développement du squelette facial est imprécise et donc génératrice de considérables erreurs d'appréciation.

Le procédé de superposition des téléradiographies de profil sur des structures stables de la base antérieure du crâne repose essentiellement sur l'observation faite par De Coster en 1952 sur "l'immuabilité de la ligne basi-crânienne", confirmée histologiquement par Melsen en 1971.

En 1972, les études longitudinales menées par Björk et Skieller à l'aide d'implants métalliques sur plus de 200 cas ont en plus mis en évidence la stabilité de certaines structures anatomiques au sein du maxillaire et de la mandibule.

La "méthode structurale" de superpositions générale et locales, ainsi développée à partir de ces découvertes, a apporté une vision nouvelle des différents schémas de croissance faciale et permis une plus grande compréhension de l'efficacité des techniques orthodontiques.