John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

Faut-il traiter la biprotrusion des enfants tunisiens ? Volume 75, numéro 1, Mars 2004

Auteurs

La situation géographique de la Tunisie en Afrique du Nord pourrait laisser sous-entendre que la biprotrusion serait d'origine ethnique, liée à son appartenance à l'Afrique et à l'influence des populations mélanodermes. Une première étude, réalisée sur 95 téléradiographies de profil d'élèves (âge moyen : 16 ans 9 mois), ayant une denture complète normale et un schéma facial jugé équilibré, montre que dans cet échantillon de la région de Sfax, les incisives sont, en effet, légèrement vestibuloversées et que leurs bords libres se trouvent 3 mm en avant par rapport aux normes américaines.

Dans une deuxième étude, nous nous sommes intéressés à la stabilité du traitement de la biprotrusion en comparant la position des incisives sur des téléradiographies de profil de début de traitement, de fin de traitement et hors contention (prises 2 à 3 ans après la fin du traitement) de 26 cas de classe I biprotrusif, tous traités par avulsion de 4 premières prémolaires. Cette deuxième étude montre que la correction des incisives supérieures et inférieures est suivie d'une récidive moyenne comprise entre 20 et 30 % en fonction du paramètre étudié.