John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

Échec de la mise en place de dents retenues et incluses Volume 87, numéro 1, 88e réunion scientifique de la S.F.O.D.F., Marseille, 13–14 mai 2016

Auteurs
* Auteur pour correspondance : drmarionpignoly@hotmail.fr

La mise en place d’une dent incluse ou retenue, que ce soit chez l’enfant ou l’adulte, est un véritable défi pour le duo de praticiens que sont l’orthodontiste et le praticien en charge de la chirurgie de dégagement. La canine maxillaire est la dent la plus souvent incluse dans le secteur antérieur, avec une prévalence de 2 % dans la population générale. On comprend donc le défi fonctionnel et esthétique de la thérapeutique chirurgico-orthodontique dont l’objectif sera de mettre en place la dent incluse ou retenue sur l’arcade. De nombreuses erreurs devront être évitées pour obtenir un résultat satisfaisant, tant pour le patient que pour son praticien. C’est en faisant un diagnostic précis de la localisation de la dent, grâce à des techniques d’imagerie modernes, que nous pourrons réaliser un acte chirurgical respectueux de la dent concernée et des structures anatomiques qui l’entourent. Les axes et les forces de tractions seront également pensés et réfléchis afin de déplacer la dent jusqu’à sa position finale sur l’arcade dans des conditions optimales. Le contexte parodontal sera optimisé et contrôlé à chaque étape de la prise en charge. En effet, le but étant d’aller au devant de l’apparition des défauts parodontaux, sachant qu’il est plus difficile de tenter leur réparation.