John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

Distraction sagittale du bloc incisivo-canin mandibulaire Volume 86, numéro 1, Mars 2015

Auteur
* Auteur pour correspondance : olivier.esnault@orange.fr

L’apport des ostéotomies segmentaires dans les protocoles ortho-chirurgicaux n’est plus à démontrer et retrouve une nouvelle jeunesse grâce à la combinaison avec les techniques de distraction osseuse. L’ostéotomie de Köle, décrite initialement pour fermer des infraclusies antérieures, puis utilisée pour niveler des courbes de Spee très marquées a plus récemment été utilisée pour corriger des encombrements antérieurs. Cette prise en charge s’adresse à des patients porteurs d’une classe II incisive et canine, mais en classe I molaire avec un encombrement mandibulaire isolé. On peut ainsi, au prix d’une préparation orthodontique minimale, créer en 15 jours des diastèmes bilatéraux qui permettront ensuite d’aligner le secteur incisivo-canin sans stripping ni extraction. Les mouvements dentaires orthodontiques peuvent être repris six semaines après la fin de la distraction. Cette technique est donc susceptible d’éviter des extractions de prémolaires et de remplacer certaines ostéotomies sagittales d’avancée par correction du surplomb. Elle permet aussi de corriger une vestibuloversion ou une linguoversion du bloc incisivo-canin en jouant sur l’activation différentielle des vérins et du distracteur. Cette chirurgie segmentaire peut être combinée à des chirurgies de Le Fort 1 avec correction du sens transversal et associée, mais dans un deuxième temps, à une avancée mandibulaire et/ou une génioplastie.