John Libbey Eurotext

L'Orthodontie Française

MENU

Comparaison entre un système de collage orthodontique en une étape et un système de collage en deux étapes : revue de littérature et résultats d'un essai clinique randomisé Volume 80, numéro 2, Juin 2009

Auteurs
1 Orthodontic Department, The Countess of Chester Hospital, Liverpool Road,
Chester CH2 1UL, Royaume-Uni
* steve.chadwick@coch.nhs.uk

Objectifs : Les objectifs principaux de cette étude sont de présenter en premier lieu une revue de littérature des initiateurs (primers) auto-mordançants (SEP), puis d'aborder les résultats d'un essai clinique prospectif comparant le taux de décollement de boîtiers orthodontiques collés à l'aide d'un initiateur (primer) auto-mordançant avec celle d'attaches collées selon une technique de collage traditionnelle utilisant un mordançage conventionnel (Transbond®). Un second objectif consiste à vérifier si certaines caractéristiques concernant l'opérateur, le patient ou la dent collée ont une quelconque influence sur le décollement des attaches. Méthodologie: Essai clinique randomisé réalisé dans un centre unique. Trente-quatre patients ont fait l'objet de collage d'attaches, chaque patient ayant été assigné de façon aléatoire soit au collage des boîtiers avec le système de collage testé ou témoin. Cadre : Service d'Orthodontie du "Countess of Chester Hospital", Chester, Royaune-uni. Sujets : Patients nécessitant un traitement orthodontique par appareils fixes. Variable principale étudiée : Taux de décollement des attaches. Résultats principaux : Le taux de décollement observé pendant la période initiale de 6 mois était de 2,0 % pour le Transbond® et de 1,7 % pour les SEP, sans détecter toutefois de différence significative entre les deux groupes. Au cours de la totalité du traitement par appareils fixes, le taux de décollement augmenta, mais demeura acceptable avec respectivement 7,4 % pour le Transbond® et 7,0 % pour le SEP. En analysant les caractéristiques concernant l'opérateur, le patient ou la dent, seule la localisation de l'attache s'est révélée significative. Les attaches maxillaires furent plus sujettes à décollement que les attaches mandibulaires (risque relatif 0,47 % ; intervalle de confiance à 95 % : 0,22–1,03). Le taux de décollement des attaches était bas comparativement à celui mentionné lors d'études antérieures. Conclusions : Les attaches collées avec un mordançage acide conventionnel, tout comme celles collées avec un initiateur (primer) à auto-mordançage en combinaison avec un pré-enrobage de colle, donnent satisfaction en clinique. Leur taux de décollement fut pour tous deux inférieur à celui constaté dans des études similaires. La littérature concernant le procédé "SEP" confirme les résultats de cette étude.