JLE

L'Orthodontie Française

MENU

Avancement maxillo-mandibulaire pour le traitement du SAOS : une perspective sur 25 ans Volume 94, numéro 1, Mars 2023

Illustrations


  • Figure 1

  • Figure 2

Tableaux

Auteurs
Traduit par Philippe Amat
1 Sleep Apnea Surgery Center, 1900 University Avenue, Suite 105, East Palo Alto, CA, États-Unis
2 Pulmonary and Critical Care, Stanford University School Medicine, Stanford, 3165 Porter Dr, Palo Alto, CA 94304, États-Unis
3 Deceased. Sleep Medicine Division, Stanford University School of Medicine, Stanford, 3165 Porter Dr, Palo Alto, CA 94304, États-Unis
Correspondance : drli@sleepapneasurgery.com

Introduction

L’objectif de cette étude était d’évaluer les résultats obtenus avec le recours à des chirurgies d’avancement maxillo-mandibulaire (AMM) réalisées par le même chirurgien pour le traitement du syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS).

Matériels et méthodes

Les patients qui ont subi une AMM pour le traitement de leur SAOS tout au long d’une période de 25 ans ont été inclus dans l’étude. Les patients qui se sont initialement présentés pour une révision d’une précédente AMM ont été exclus. Les données démographiques (par exemple l’âge, le sexe, l’indice de masse corporelle [IMC] avant et après l’AMM), les données céphalométriques avant et après l’AMM (par exemple, l’angle sella-nasion point A [SNA], l’angle sella-nasion point B [SNB], l’espace des voies aériennes postérieures à la base de la langue [EAP]) et les mesures de l’étude du sommeil avant et après l’AMM (par exemple, l’indice de perturbation respiratoire [IPR], la désaturation la plus faible [nadir-SpO2], l’indice de désaturation en oxygène [ODI], le temps total de sommeil [TTS], % de TTS de stade N3, % de TTS à mouvements oculaires rapides [REM]) ont été extraites. Le succès chirurgical de l’AMM a été défini comme une réduction ≥ 50 % de l’IPR (ou de l’ODI) et un IPR (ou un ODI) post-AMM < 20 événements/heure. La guérison chirurgicale de l’AMM a été définie comme un IPR (ou ODI) post-AMM < 5 événements/heure.

Résultats

Un total de 1010 patients a subi une AMM pour le traitement du SAOS. L’âge moyen des patients était de 39,6 ± 14,3 ans et la majorité d’entre eux étaient des hommes (77 %). Les dossiers de neuf cent quarante et un patients, pour lesquels des données PSG complètes avant et après l’opération étaient disponibles, ont été analysés. L’ODI et l’IPR moyens se sont améliorés respectivement de 32,6 ± 27,4 à 7,7 ± 15,5 et de 39,1 ± 24,2 à 13,6 ± 14,6 événements par heure. Le succès chirurgical global et la guérison chirurgicale basés sur l’ODI étaient de 79,4 % et 71,9 %, respectivement. Le succès chirurgical global et la guérison chirurgicale basés sur l’IPR étaient de 73,1 % et 20,7 %, respectivement. La stratification en fonction de l’IPR préopératoire a montré qu’un âge et un IMC plus élevés étaient associés à un IPR préopératoire plus important. Les prédicteurs bivariés d’une plus grande réduction de l’IPR comprennent un âge moindre, le sexe féminin, un IMC préopératoire plus faible, un IPR préopératoire plus élevé, une plus grande réduction de l’IMC postopératoire et une plus grande modification de SNA et de l’EAP. Les prédicteurs bivariés de la guérison chirurgicale basée sur l’IPR (IPR < 5) comprennent un âge moindre, le sexe féminin, un IPR préopératoire plus faible et une plus grande variation de SNA et de l’EAP. Les prédicteurs bivariés du succès de l’IPR (IPR < 20) incluent un âge moindre, le sexe féminin, un IMC préopératoire plus faible, un IPR préopératoire plus faible, une plus grande réduction de l’IMC, une plus grande augmentation de SNA, de SNB et de l’EAP en postopératoire. La comparaison entre les 500 premiers patients opérés et les 510 derniers montre que le profil des patients subissant une AMM a évolué avec des patients d’âge moindre et un IPR plus faible et que cette évolution s’est accompagnée d’un meilleur résultat chirurgical. Les associations multivariées linéaires d’un pourcentage plus élevé de réduction de l’IPR comprennent un âge moindre, un pourcentage plus élevé de changement de SNA, un SNA préopératoire plus important, un IMC préopératoire plus faible et un IPR préopératoire plus élevé.

Conclusions

L’AMM est un traitement efficace pour améliorer le SAOS, mais le résultat peut varier. La sélection des patients en fonction de facteurs pronostiques favorables et l’optimisation de la distance d’avancement peuvent améliorer les résultats.