John Libbey Eurotext

Médecine thérapeutique / Pédiatrie

MENU

Maladie chronique à l'adolescence : impacts, enjeux Volume 5, numéro 1, Janvier - Février 2002

Auteur
Service de médecine pour adolescents, Hôpital de Bicêtre, 78 avenue du général Leclerc, 94275 le Kremlin-Bicêtre cedex, France.
  • Mots-clés : adolescence, maladie chronique.
  • Page(s) : 32-5
  • Année de parution : 2002

Parler de maladie chronique à l'adolescence impose de réfléchir à la fois à la définition de la maladie chronique et aux balises chronologiques retenues pour situer l'adolescence. Le Petit Robert définit la maladie chronique comme une maladie évoluant lentement et durant longtemps. La plupart des médecins s'accordent en général sur une situation pathologique dont la durée excède 6 mois. Quant à l'adolescence, le Petit Robert la définit comme la période située entre la puberté et l'âge adulte. Cette définition est floue et laisse une grande liberté d'interprétation qui se retrouve dans les études publiées. Il s'avère donc indispensable lorsque l'on veut effectuer des comparaisons épidémiologiques de préciser à chaque fois la définition de la maladie chronique et les critères d'âge retenus. Il reste difficile de connaître exactement la proportion d'adolescents malades chroniques. En 1980, une étude américaine rapporte un pourcentage variant de 10 à 20 % d'enfants âgés de moins de 20 ans atteints de maladie chronique. Cette variation importante s'explique par le fait que les auteurs retenaient ou non certaines pathologies dites mineures comme un défaut de vision ou d'audition dans leurs critères d'inclusion [1]. Seulement 1,1 à 2 % des sujets avaient une limitation majeure de leur activité. En France, à la même époque, les données des centres de sélection militaire situaient à 9,4 % le pourcentage de jeunes garçons finalement réformés en raison d'une pathologie de long cours. Plus récemment en 1988, une étude américaine portant sur plus de 7000 personnes âgées de 10 à 17 ans, retrouvait une prévalence de près de 30 % de malades chroniques en prenant comme référence une maladie durant depuis plus de 3 mois [2]. Malgré les difficultés pour estimer la prévalence d'adolescents malades chroniques, il est sûr que les progrès scientifiques de la seconde moitié du XXème siècle ont permis à de nombreux enfants atteints de maladie chronique ou de handicap de survivre à l'adolescence et d'atteindre l'âge adulte. Ces enfants grandissant avec un handicap deviennent des adolescents qui posent de nouveaux défis de prise en charge.