John Libbey Eurotext

Médecine thérapeutique / Pédiatrie

MENU

L’acné de la naissance à l’adolescence Volume 10, numéro 5, septembre-octobre 2007

Auteur
Unité de dermatologie pédiatrique, Hôpital Pellegrin-Enfants, 33076 Bordeaux cedex
  • Mots-clés : acné, nouveau-né, adolescent, isotrétinoïne
  • DOI : 10.1684/mtp.2007.0126
  • Page(s) : 294-300
  • Année de parution : 2007

La physiopathologie de l’acné fait intervenir trois événements : une augmentation de la production de sébum, une kératinisation anormale de l’épithélium infundibulaire et des phénomènes inflammatoires. Avant l’adolescence, on distingue l’acné dite néonatale, en fait une pustulose monomorphe du visage, l’acné infantile, qui touche surtout des garçons à partir de l’âge de 6 mois, et l’acné précoce prépubertaire qui peut révéler une pathologie hormonale, en particulier un bloc enzymatique surrénalien. À partir de 12 ans chez les filles et 13-14 ans chez les garçons, l’acné de la période adolescente apparaît. Il s’agit le plus souvent d’une acné polymorphe banale, mais il existe aussi des formes graves (l’acné conglobata ou l’acné fulminans). Devant une acné, des facteurs favorisants (prise de médicaments ou des cosmétiques mal adaptés) doivent être recherchés et éliminés. Le traitement local peut être suffisant dans les formes communes, mais il est parfois nécessaire d’ajouter un antibiotique per os. L’isotrétinoïne est le recours de seconde intention, c’est le seul médicament qui permet d’obtenir une rémission durable de l’acné. Mais à cause de ses effets secondaires et de ses contraintes de prescription, il doit être manié par des prescripteurs ayant l’expérience des acnés graves.