John Libbey Eurotext

Médecine thérapeutique / Pédiatrie

MENU

Dépistage des affections orthopédiques à la naissance Volume 8, numéro 5, Septembre-Décembre 2005

Auteurs
Hôpital Saint-Vincent-de-Paul, 74, avenue Denfert-Rochereau, 75014 Paris
  • Mots-clés : dépistage, orthopédie, naissance
  • Page(s) : 374-82
  • Année de parution : 2005

Le pédiatre est souvent confronté à une pathologie orthopédique : la valeur d’un diagnostic précoce et d’une prise en charge thérapeutique urgente par un orthopédiste n’est plus à démontrer. Si certains troubles sont évidents dès la première observation du nouveau-né, d’autres sont inapparents ou cachés : d’où l’intérêt d’un examen orthopédique très complet dans une optique de dépistage. Cependant, un seul examen à la naissance ne saurait être suffisant, d’où la nécessité de répéter les examens cliniques pendant toute la première année de la vie jusqu’à l’âge de la marche. La notion d’urgence orthopédique chez le nouveau-né s’est progressivement imposée à cause du risque d’altération grave ou de perte complète d’une fonction de l’appareil musculosquelettique. Deux situations peuvent être individualisées. Tantôt, c’est la découverte d’une malformation congénitale qu’il faut différencier d’une déformation congénitale car le pronostic et le traitement diffèrent totalement. Les malformations surviennent pendant la période embryonnaire par trouble de l’organogenèse et leur traitement, rarement urgent et seulement palliatif, est habituellement différé. À l’opposé, les « déformations » congénitales se constituent, durant la vie fœtale, par altération de la forme et de la structure d’un organe indemne de toute malformation. Elles sont parfois consécutives à une affection neuromusculaire congénitale (myéloméningocèle, arthrogrypose, myopathie…), mais, le plus souvent, il s’agit d’une déformation où le facteur étiologique positionnel intra-utérin est prépondérant (luxation de hanche, genu recurvatum, déformations des pieds). Elles sont fréquentes et leur traitement est urgent car la plupart sont réversibles totalement ou partiellement avec un traitement adéquat. Tantôt, c’est une impotence d’un membre qui sera rapportée à un traumatisme obstétrical (osseux ou nerveux) si elle est constatée dès la naissance, ou à une infection ostéoarticulaire si elle est retardée, ou encore à une paralysie iatrogène.