JLE

Médecine thérapeutique / Endocrinologie

MENU

Un diagnostic d’inspection : … de photographies Volume 1, numéro 3, Décembre 1999

Auteurs
Service de Médecine B, Hôpital Lariboisière, 2, rue Ambroise Paré, 75 010 Paris, France.

Madame D., âgée de 30 ans, est hôtesse d'accueil et sans antécédents particuliers. Depuis la naissance de sa première fille en 1995, née par césarienne, est apparue une hypertension artérielle paroxystique avec poussées à 200 mmHg de systolique (voire 240 mmHg). A ces poussées paroxystiques sont associées des sueurs, une pâleur, des palpitations et des céphalées persistantes. La pâleur qui étonne l'entourage s'accompagne d'une cyanose des lèvres. Ces accès surviennent plusieurs fois par jour, leur durée est variable de 15 à 30 minutes. Au décours des malaises, la patiente se plaint de nausées et de vomissements avec oppression thoracique et trouble du rythme cardiaque (alternance tachycardie/bradycardie). Une IRM cérébrale pratiquée à cette époque est normale. Deux ans plus tard en 1997, elle débute une deuxième grossesse et note une exacerbation des malaises au cours de celle-ci. L'accouchement par césarienne avec rachianesthésie se passe sans problème. Les malaises sont de plus en plus fréquents dans le post-partum et Madame D. bénéficie d'un traitement antihypertenseur. Le traitement n'entraîne d'amélioration ni de la pression artérielle ni des symptômes. La sensation que l'attention portée par les médecins à ses malaises est pour le moins insuffisante, conduit Madame D. à faire réaliser des clichés lors d'un des accès et à les montrer à la consultation.