JLE

Médecine thérapeutique / Endocrinologie

MENU

Ectopie, hypertrophie… Volume 2, numéro 2, Mars-Avril 2000

Auteur

Une patiente de 39 ans consulte pour gêne à la déglutition. L'examen ORL retrouve une tuméfaction arrondie de la base de la langue. La loge thyroïdienne est vide. La patiente a eu une croissance et un développement neurologique normaux, et ne présente pas de signes cliniques d'hypothyroïdie. La T4 est basse (T4 totale 34 nmol/l, ITL 26, N 60-160), la T3 totale normale (1,3 nmol/l, N = 1-3), mais la TSH est très élevée 160 UI/ml (N 0,1-4). Les anticorps anti-TPO sont élevés (4 100 UI/ml, N < 100). La scintigraphie thyroïdienne et l'IRM montrent une thyroïde en position sub-linguale (figures 1, 2 et 3) et une augmentation du volume hypophysaire de signal homogène, avec contact chiasmatique (figures 1,4). Les autres fonctions anté-hypophysaires sont normales. Il est conclu à une thyroïde ectopique sub-linguale, responsable d'une hypothyroïdie périphérique chronique modérée avec hyperplasie réactionnelle des cellules hypophysaires thyréotropes. Il est possible que l'auto-immunité thyroïdienne participe à l'hypothyroïdie. La patiente est traitée par 125 µg de lévothyroxine, ce qui permet de freiner la secrétion de TSH. Après un an de traitement, il existe une diminution de la taille de l'hypophyse avec perte du contact chiasmatique. La taille de la thyroïde ectopique reste inchangée.