John Libbey Eurotext

Médecine et Santé Tropicales

Inégalités d’accès aux soins en Afrique Volume 23, numéro 2, Avril-Mai-Juin 2013

Auteurs
GISPE, 82 bd Tellène, 13007 Marseille, France www.gispe.org
  • Mots-clés : inégalité sociale, équité, gouvernance, santé, Afrique
  • DOI : 10.1684/mst.2013.0162
  • Page(s) : 120-7
  • Année de parution : 2013

Les inégalités sociales de santé font de plus en plus l’actualité ces dernières années en Afrique. Si les plaidoyers, les déclarations internationales et les nouvelles stratégies se succèdent au fil des ans pour la santé en Afrique, force est de constater que les inégalités de santé augmentent.

Il est peut-être temps de sortir la santé de son seul cadre, et de comprendre qu’elle est l’une des composantes du développement global, et qu’on ne peut agir correctement sur ces inégalités sans agir également sur l’impérieuse nécessité de voir tous les États (au Nord et au Sud) respecter enfin leurs engagements financiers, ni sans exiger de la part des dirigeants africains une bonne gouvernance et une lutte contre la corruption, ni enfin sans veiller à ce que les stratégies proposées en Afrique soient centrées sur les priorités de santé de chaque pays.

Si nous évoquons l’exemple scandinave, c’est parce que les pays nordiques ont démontré leurs capacités à obtenir d’excellents résultats en matière de santé, de compressions des inégalités sociales, de transparence publique, et également en matière d’aide au développement. Ils constituent à ce jour un très bon exemple à suivre pour la plupart des pays occidentaux et pour les pays africains – mais aussi pour les sociétés civiles africaines et occidentales, qui peuvent s’inspirer de mesures concrètes de transparence et d’action publique forte qui, in fine, favorisent l’amélioration de statistiques globales, en particulier dans la santé.

Nous proposons ainsi une nouvelle approche, consistant à regarder les statistiques de santé en mettant en parallèle les inégalités (notamment au travers du coefficient de Gini) et la transparence publique (notamment au travers des benchmarks de perception de la corruption). Un New Deal pour la santé en Afrique s’impose, et il convient de demander à toutes les organisations impliquées qu’elles agissent de concert pour une vision holistique et de santé publique au profit des populations africaines. La santé ne peut être écartée d’une vision politique, éthique et équitable de la société.