John Libbey Eurotext

Médecine thérapeutique

MENU

L’anémie de Biermer et ses présentations déroutantes : mise au point, avec un focus chez le sujet de race noire Volume 21, numéro 5, Septembre-Octobre 2015

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2

Tableaux

Auteurs
1 Université de Thiès, UFR des Sciences de la Santé, Ex-10e RIAOM, BP 967, Thiès, Sénégal
2 Centre Hospitalier Régional de Thiès, service de médecine interne, 1 Avenue Malick SY Prolongée, BP a 34, Thiès, Sénégal
3 Centre Hospitalier Régional de Thiès, service de dermatologie-vénérologie, 1 Avenue Malick SY Prolongée, BP a 34, Thiès, Sénégal
4 CHRU de Strasbourg, clinique médicale B, service de médecine interne, diabète et maladies métaboliques, 67084 Strasbourg, France
5 CHRU de Strasbourg, Hôpital de Hautepierre, service d’hépato-gastroentérologie, 67084 Strasbourg, France
* Tirés à part

La maladie de Biermer est une maladie auto-immune, caractérisée par la malabsorption de la vitamine B12 avec présence d’une gastropathie atrophique et de divers auto-anticorps dont des anticorps dirigés contre le facteur intrinsèque. Elle est surtout décrite chez les sujets caucasiens de la soixantaine. Toutefois, elle existe aussi chez le sujet noir africain, mais survient à un plus jeune âge. Les descriptions chez le sujet de race noire montrent une association fréquente mais d’allure fortuite à des comorbidités, qui modifie le cours habituel de la maladie de Biermer. Il en résulte un retard diagnostique. La caractéristique la plus marquante des séries africaines au sud du Sahara est la constance de la mélanodermie acquise palmoplantaire qui disparaît sous traitement. Toutefois, elle n’est pas considérée comme pathognomonique de cette affection auto-immune. Sur le plan biologique, l’anémie est fréquemment profonde, avec un taux moyen d’hémoglobine à 6 g/dL.