JLE

Médecine

MENU

UKPDS 10 ans après Volume 4, numéro 10, Décembre 2008

Auteur

La célèbre UKPDS a inclus entre 1977 et 1991 5 102 patients chez qui l'on venait de faire le diagnostic de diabète de type 2. Elle s'est terminée en 1997. Résultats 10 ans après.

Deux études viennent de publier ces données. Les patients de l'essai randomisé initial UKPDS ont été suivis annuellement pendant 5 ans dans les services hospitaliers qui avaient participé à l'étude puis évalués par questionnaire à 6 ans et 10 ans. Selon les données de 3 277 patients (sur les 4 209 initiaux) des sous-groupes initiaux insuline, sulfamides hypoglycémiants et metformine, les réductions de risque constatées dans l'essai étaient toujours significatives à 10 ans pour les complications du diabète et pour le risque cardiovasculaire. De plus, la mortalité due au diabète, l'infarctus du myocarde et la mortalité toutes causes ont diminué significativement par rapport au groupe témoin. En revanche, le risque microvasculaire persistait comme dans l'essai initial.

Selon les données de 884 patients (sur les 1 148 initiaux) traités « strictement » durant l'UKPDS pour HTA, les différences de PA ont disparu en 2 ans après la fin de l'essai, de même que les réductions de risque constatées durant l'essai.Seule la réduction du risque d'artérite périphérique est devenue significative (p = 0,02). Selon les auteurs, il apparaît qu'un contrôle strict de la PA doit être poursuivi pour que persistent les bénéfices du traitement.

Holman RR, Paul SK, Bethel MA, Matthews DR, Neil AW. 10-Year Follow-up of Intensive Glucose Control in Type 2 diabetes. NEJM. 2008;359:1577-89.

Holman RR, Paul SK, Bethel MA, Neil AW, Matthews DR. Long-Term Follow-up after Tight Control of Blood Pressure in Type 2 diabetes. NEJM. 2008;359:1565-76.

Chalmer J, Cooper ME. UKPDS and the Legacy Effect. NEJM. 2008;359:1618-20.

Commentaires de la rédaction

* Le premier constat, que souligne l'éditorial qui accompagne ces deux études, est que le contrôle du diabète, attesté par les chiffres d'Hb1AC, est resté conforme aux objectifs initiaux. Les écarts entre les groupes comparés ont diminué après l'étude. Ce résultat reflète probablement un meilleur suivi général de ces patients. Ce « legs » de l'étude UKPDS, 10 ans après, confirme l'importance du contrôle de la glycémie dès le début de la maladie, même si d'autres études (notamment ADVANCE et ACCORD) interpellent sur les objectifs chiffrés à atteindre : meilleur est le contrôle, moins il y aura de complications à court terme...

* Le caractère négatif de la seconde étude pose d'autres problèmes. On ne peut que souscrire à la conclusion des auteurs, soulignée dans toutes les recommandations actuelles : maintenir des chiffres bas de PA est un objectif essentiel chez le diabétique de type 2.