JLE

Médecine

MENU

Supplémentation en calcium : quel rapport bénéfice/risque ? Volume 11, numéro 8, Octobre 2015

Auteur

Une mise au point analyse les données de la littérature sur l’efficacité et la tolérance des suppléments de calcium dans la prévention de l’ostéoporose.

L’auteur note que dans les dix dernières années, 5 essais thérapeutiques ont été publiés sans apporter la preuve qu’une supplémentation en calcium diminuait le risque de fracture ; une méta-analyse publiée en 2012 n’a montré aucun effet d’un traitement par calcium non associé à la vitamine D sur la prévention des fractures. Les suppléments de calcium peuvent être responsables de troubles digestifs ; ainsi, une étude a montré un risque accru d’hospitalisation pour troubles digestifs aigus chez des patients supplémentés en calcium par rapport aux patients traités par placebo. L’étude WHI a montré un risque accru de calculs rénaux chez les patientes recevant des suppléments de calcium. Enfin, un risque significativement accru d’infarctus du myocarde chez les femmes bénéficiant d’une supplémentation en calcium a été suggéré par une méta-analyse publiée en 2010 mais n’a pas été retrouvé par d’autres auteurs.

Reid IR, Bristow SM, Bolland MJ. Calcium supplements: benefits and risks. J Intern Med. 2015;278:354-68.

Que retenir pour notre pratique ?

• La supplémentation en calcium est utilisée de longue date dans la prévention de l’ostéoporose avec une réputation de traitement anodin. Son efficacité incertaine est à mettre en balance avec ses effets indésirables digestifs et rénaux et la suspicion d’un risque accru d’infarctus du myocarde. La supplémentation en calcium ne doit pas être une prescription automatique.

Mots clés : Calcium ; Ostéoporose [Calcium; Osteoporosis]