John Libbey Eurotext

Médecine

MENU

Médecins généralistes : de quelle information avons-nous besoin ? Une étude quantitative auprès des médecins adhérents à l'Unaformec RA Volume 4, numéro 8, Octobre 2008

Auteurs
Service départemental d'incendie et de secours de l'Isère Fontaine

Contexte : Les médecins généralistes, comme tous les autres professionnels de santé, se trouvent régulièrement confrontés, dans leur exercice quotidien, à des questions auxquelles ils ne peuvent apporter de réponses immédiates. Objectif : Évaluer, chez des médecins généralistes français, les besoins d'information qui apparaissent lors de leur pratique et les moyens qu'ils utilisent pour les satisfaire. Méthode : Pour cette étude quantitative, 539 généralistes enregistrés sur les listes de l'Unaformec Rhône-Alpes (fédération d'associations de FMC) ont été contactés par courriel. Ils étaient invités à répondre, sur un site web, à une série de questions fermées. 270 autres médecins généralistes, adhérents de cette fédération, ont reçu le même questionnaire par voie postale. Résultats : 137 questionnaires ont été retournés. Les médecins ayant participé à l'étude sont très majoritairement des libéraux voyant en moyenne 99,6 patients par semaine. L'accès à internet est quasiment universel (1 seul médecin n'a pas cette connexion, ni au cabinet ni au domicile). Le nombre moyen quotidien de questions ne trouvant pas immédiatement une réponse de par les connaissances propres du praticien est de 2,5. Cela correspond à 1 question pour 8 patients vus. Le thème de ces questions est équitablement réparti entre le diagnostic et la thérapeutique (médicamenteuse ou non). 25 % de ces questionnements ne trouvent jamais de réponse malgré les recherches faites. Les interrogations concernant les médicaments sont plus souvent et plus rapidement résolues. Comme sources, les médecins déclarent plus volontiers utiliser les revues généralistes, les livres et l'avis de confrères ; la FMC est une source importante de réponses. Les médecins cherchent à obtenir une réponse directe à la question en respectant le principe de la médecine factuelle. Pour cela, ils se tournent prioritairement vers les recommandations et les guides de pratique. Les difficultés rencontrées sont le manque de temps, l'identification des sources adaptées, la validité des informations obtenues. Les généralistes souhaiteraient disposer d'outils personnalisés leur permettant d'accéder aux données souhaitées. Conclusion : Les besoins d'information des médecins généralistes qui ont répondu à cette enquête reflètent ce qui a déjà été observé chez des confrères d'autres pays, européens ou non. Leur démarche, pour satisfaire ces interrogations, se base essentiellement sur des sources rapidement accessibles et répondant au plus près à leur demande.