JLE

Médecine

MENU

L’étude VADT dans le diabète de type 2 avec plus de recul Volume 11, numéro 8, Octobre 2015

Auteur

Avec un suivi de près de 10 ans, il est noté dans le groupe traitement intensif moins d’événements cardiovasculaires mais une absence de bénéfice en termes de mortalité cardiovasculaire et totale.

En 2008, le Veteran Affairs Diabetes Trial (VADT) n’avait pas montré, avec un suivi moyen de 5, 6 ans, de bénéfice d’un traitement intensif par rapport au traitement standard de l’hyperglycémie en termes de réduction des événements cardiovasculaires majeurs. Après la fin de cet essai randomisé, plus de 90 % des patients ont bénéficié d’un suivi supplémentaire d’environ 5 ans. Avec un suivi moyen total de près de 10 ans, les patients du groupe traitement intensif avaient un risque significativement réduit d’événement cardiovasculaire majeur (HR 0,83 ; 0,70-0,99 ; p = 0,04) soit une réduction en valeur absolue de 8,6 événements cardiovasculaires majeurs pour 1 000 patients/années. Mais il n’y avait aucune différence significative ni pour la mortalité cardiovasculaire ni pour la mortalité totale.

Hayward RA, Reaven PD, Wiitala WL, et al. Follow-up of gycemic control and cardiovascular outcomes in type 2 diabetes. N Engl J Med. 2015;372:2197-206.

Que retenir pour notre pratique ?
• Deux grands essais de morbimortalité cardiovasculaire dans le diabète de type 2 publiés en 2008 ont fait l’objet d’un suivi post-essai avec un suivi total d’environ 10 ans : ADVANCE ET VADT. Aucun des deux n’a montré de bénéfice dans le groupe traitement intensif en termes de mortalité et seul VADT a montré une diminution modérée des événements cardiovasculaires majeurs. Le traitement de l’hyperglycémie ne joue donc qu’un rôle limité dans la prévention cardiovasculaire dans le diabète de type 2.

Mots clés : Diabète de type 2 [Diabetes Mellitus, Type 2]