John Libbey Eurotext

Médecine

MENU

Les TDR de l'angine aident-ils réellement la décision médicale ? Volume 9, numéro 9, Novembre 2013

Auteur

Les auteurs anglo-australiens de l’essai randomisé PRISM concluent que leur utilisation n’ajoute rien — pour ce qui concerne l’évolution et la prise d’antibiotiques — aux scores cliniques de l’angine.

L’essai, réalisé en soins primaires au Royaume-Uni en ouvert chez des patients âgés de 3 ans ou plus consultant pour mal de gorge aigu, a inclus près de 2000 patients. Ceux pour lesquels le médecin envisageait une prescription antibiotique étaient répartis par tirage au sort en 3 groupes : prise différée (groupe contrôle), score clinique (antibiotiques immédiats si score élevé), ou test diagnostique de confirmation avant prescription (en cas de score clinique élevé). Les critères retenus pour le score clinique étaient la fièvre (depuis 24 heures), l’aspect purulent de la gorge, l’inflammation des amygdales, la précocité de la consultation (dans les 3 jours après apparition des symptômes), l’absence de toux et de rhume. Les critères de jugement de l’étude étaient la sévérité des symptômes rapportés par les patients sur une échelle de Likert en 7 points, notamment l’intensité de la douleur et de la dysphagie 2 à 4 jours après la consultation (critère principal), leur durée et l’utilisation d’antibiotiques. Dans le groupe antibiothérapie différée, 75/164 (46 %) les ont finalement utilisés. Dans les groupes score clinique et TDR, ils l’ont moins été, respectivement – 29 % et – 27 %. Il n’y a eu aucune différence significative en termes de complications ou reconsultations.

Little P, Hobbs R, Moore M, Mant D, Williamson I, McNulty C et al, on behalf of the PRISM investigators. Clinical score and rapid antigen detection test to guide antibiotic use for sore throats: randomised controlled trial of PRISM (primary care streptococcal management). BMJ. 2013;347:f5806.

Que retenir pour notre pratique ?
• L’étude confirme l’intérêt pour le clinicien de s’aider d’un score clinique pour prescrire ou non un antibiotique, décision d’importance en ces temps d’émergence de résistances graves aux antibiotiques usuels… L’évolution historique des streptococcies, devenues rares, devrait être un facteur de retenue de prescription.
• Il n’y a apparemment aucun avantage à y adjoindre un test antigénique de diagnostic rapide du streptocoque. À « oublier » ?

Mots clés : Pharyngite ; Streptococcus [Pharyngitis; Streptococcus]