John Libbey Eurotext

Médecine

MENU

Les consommateurs de café sont-ils en danger de mort ? Volume 4, numéro 8, Octobre 2008

Auteur

Deux grandes études épidémiologiques permettent de rassurer les « addicts » à toutes formes d'expresso...

La Health Professionnals Follow-up Study (HPFS) a commencé en 1986, la Nurses'Health Study (NHS) en 1976. 41736 hommes et 86 214 femmes sans antécédents de cancers ou de maladies cardiovasculaires ont été intégrés dans ces cohortes. Leur consommation de café a été évaluée pour la première fois en 1986 pour les hommes et en 1980 pour les femmes, puis tous les 2 à 4 ans ensuite. Après ajustements pour l'âge, le statut tabagique et les autres facteurs de risque de maladies cardiovasculaires et cancers, le risque relatif de mortalité toutes causes selon la consommation de café (de moins d'une tasse par mois à plus de 6 tasses par jour) n'était augmenté ni chez les hommes, ni chez les femmes. On constatait même une tendance inverse modérément favorable à la consommation de café principalement liée à une réduction des décès d'origine cardiovasculaire, probablement due à d'autres composants du café que la caféine, puisque la consommation de décaféiné est également associée à une réduction de la mortalité toutes causes et par maladies cardiovasculaires.

Lopez-Garcia E, Van Dam RM, Li TY, Rodriguez- Artalejo F, Hu FB. The relationship of coffee consumption and mortality. Ann Intern Med. 2008;148:904-14.

Commentaires de la rédaction

* D'autres études ont alternativement incriminé ou disculpé l'abus de café notamment comme facteur de risque cardiovasculaire. Voilà enfin du « rassurant » sur le long terme ! On peut soupçonner qu'être professionnel de santé dans ces deux cohortes n'est pas un facteur de confusion...

* De là à supposer que la consommation de café est un brevet de longévité, il y a un grand pas que les auteurs (américains et espagnols) se gardent bien de franchir. Ils concluent prudemment que la possibilité d'un modeste bénéfice doit être confirmée par des études ultérieures. En attendant, le « petit noir » reste le bienvenu !