John Libbey Eurotext

Médecine

La déprescription médicamenteuse, un acte médical de salubrité publique Volume 13, numéro 9, Novembre 2017

Auteurs
1 CHU Toulouse Purpan, service de médecine interne, Place du Dr Joseph Baylac, 31300 Toulouse
2 Département universitaire de médecine générale de Toulouse
3 CHU Toulouse, service de pharmacologie clinique
4 CHU Toulouse, télémédecine
* Tirés à part
a pour le réseau RADIO
  • Mots-clés : déprescription, médecine personnalisée
  • DOI : 10.1684/med.2017.252
  • Page(s) : 405-8
  • Année de parution : 2017

Cela fait plus de 20 ans que toutes les études et tous les auteurs se penchant sur ce sujet s’accordent à dire que la consommation médicamenteuse est trop importante dans les pays industrialisés et particulièrement en France. L’importance croissante et la gravité des pathologies iatrogènes médicamenteuses deviennent un enjeu majeur de santé publique. La polymédicamentation en est une des principales responsables. Pour combattre ce fléau, il faut inventer cet acte de responsabilité médicale que l’on pourrait appeler « déprescription médicamenteuse », et qu’il faut donc promouvoir et enseigner. « La thérapeutique est aussi la science de l’art de dé-prescrire »1.