John Libbey Eurotext

Médecine

MENU

Intérêt des bêtabloquants dans la coronaropathie : mythe ou réalité ? Volume 16, numéro 3, Mars 2020

Illustrations

  • Figure 1

Tableaux

Auteur
Cardiologue, Centre de diagnostic et de Thérapeutique, Hôtel Dieu de Paris ; APHP. Centre – Université de Paris ; INSERM U1148 LVTS - Laboratory for Vascular Translational Science ; FACT - French Alliance for Cardiovascular Trials ; Société Française de Cardiologie ; ODP2C : Organisme de développement professionnel continu en cardiologie
* Correspondance

Les bêtabloquants font partie de l’ordonnance classique du patient coronarien, comme les antiagrégants plaquettaires ou les statines. Pourtant, s’il existe des preuves nombreuses et formelles du bénéfice pronostique en prévention secondaire des antiagrégants et des statines, ce n’est pas le cas pour les bêtabloquants.

L’objectif ici est de resituer l’action des bêtabloquants dans la physiopathologie de l’athérome coronaire et de ses complications, et de refaire un point sur les données factuelles de la littérature et des dernières recommandations de la Société Européenne de Cardiologie, afin de remettre à jour et adapter la place des bêtabloquants dans la prise en charge quotidienne de nos patients coronariens.