John Libbey Eurotext

Médecine

MENU

Efficacité des AINS dans l’otite moyenne aiguë de l’enfant Volume 12, numéro 4, Avril 2016

Illustrations

  • Figure 1
Auteurs
Université Jean Monnet Saint-Etienne, Faculté de Médecine Jacques Lisfranc, Campus Santé Innovations, 10, rue de Marandière, 42270 Saint-Priest en Jarez
* Tirés à part

Les AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens) associés à un antibiotique sont souvent prescrits en première intention du traitement de l’otite moyenne aiguë (OMA) mais ne font pas l’objet d’un consensus. Le but de cette revue est donc d’évaluer leur intérêt dans le traitement de l’OMA. Dans cette revue narrative menée principalement sur les bases Pubmed et Cochrane, seuls les essais contrôlés randomisés et les revues de la littérature traitant du rôle des AINS dans l’OMA chez les enfants de 6 mois à 12 ans étaient éligibles. L’objectif principal est d’évaluer l’efficacité antalgique des AINS versus paracétamol ou placebo dans cette indication. La recherche d’un effet préventif sur la survenue d’un épanchement séro-muqueux et l’évaluation du rapport bénéfices/risques des AINS dans l’OMA sont les objectifs secondaires. Sur 167 articles identifiés, 4 essais contrôlés randomisés et 12 revues ont été inclus. Dix études sont en faveur de l’intérêt des AINS dans le soulagement de l’otalgie. Sept études concluent à l’absence de preuve de l’intérêt des AINS pour prévenir l’épanchement inflammatoire de l’OMA. Dix revues retrouvent une tolérance comparable entre AINS, paracétamol et placebo. Le niveau de preuve de cette revue est limité par un biais de publication, par la faible validité des études dont les méthodologies sont discutables, les effectifs faibles et les résultats hétérogènes. Dans l’attente d’études plus puissantes, on peut uniquement retenir le rôle antalgique des AINS associés aux antibiotiques dans l’OMA et leur sécurité d’utilisation, sans que l’effet préventif d’une otite séro-muqueuse (OSM) n’ait pu être démontré.