John Libbey Eurotext

Médecine

MENU

e-cigarette: vapoter vaut-il mieux que fumer ? Volume 10, numéro 3, Mars 2014

Auteurs
Société Française de Documentation et de Recherche en Médecine Générale
  • Mots-clés : administration par inhalation ; nicotine ; sevrage tabagique ; tabagisme
  • DOI : 10.1684/med.2014.1079
  • Page(s) : 121-6
  • Année de parution : 2014

Que le tabagisme soit l'un des principaux dangers pour la santé est aujourd'hui une certitude : son arrêt est l'un des enjeux majeurs de la prévention primaire, notamment carcinologique et cardiovasculaire. Dans ce contexte, la cigarette dite « électronique », ou « e-cigarette », vient bruyamment fausser le débat sur une cause qui paraissait entendue, parce que simple et dichotomique : fumer, ne pas fumer... Son invention (chinoise) et sa commercialisation dès 2004 a succédé à de nombreuses tentatives des 50 dernières années de créer un marché du tabac/nicotine utilisant la pyrolyse (par chauffage) en opposition à la combustion classique, inhalation de vapeur de nicotine pure vs produits de combustion multiples [1]. La e-cigarette n'est pas a priori un outil du sevrage tabagique, mais une autre manière de consommer la nicotine, avec une gestuelle et un sentiment d'appartenance à une « communauté » proches de ceux des adeptes du tabagisme, malgré leur connaissance de ses dangers. A posteriori, peut-être ? L'entrée de l'industrie du tabac dans le marché de l'e-cigarette montre bien toute l'ambiguïté de la situation actuelle et les (nombreuses) questions de fond qui se posent à ce sujet. Ce dossier tente de répondre à quelques-unes de ces questions.